Hausses d'impôts beaucoup moins élevées que prévu, dit Cazneuve

le
5
LES HAUSSES D'IMPÔTS SERONT BEAUCOUP MOINS ÉLEVÉES QUE PRÉVU, DIT BERNARD CAZNEUVE
LES HAUSSES D'IMPÔTS SERONT BEAUCOUP MOINS ÉLEVÉES QUE PRÉVU, DIT BERNARD CAZNEUVE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement envisage de ramener les hausses d'impôts dans le projet de budget 2014 à "beaucoup moins" que les six milliards d'euros prévus à l'origine, a déclaré jeudi le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve.

Interrogé sur Europe 1, il a annoncé en outre que le gouvernement préparait des mesures pour aider les étudiants issus de milieux défavorisés sans pour autant confirmer qu'elles viendraient en compensation de la suppression de niches fiscales pour les familles ayant des enfants scolarisés dans le secondaire et le supérieur.

Bernard Cazeneuve n'a pas voulu confirmer une information des Echos selon laquelle les hausses d'impôt seraient limitées à deux milliards d'euros dans le projet de budget 2014 présenté à la fin du mois.

Ce sera "beaucoup moins que six milliards", a-t-il simplement dit.

"Notre objectif, c'est d'aller vers la stabilisation de la pression fiscale avec un an d'avance", a-t-il ajouté en faisant référence à la "pause fiscale" annoncée par François Hollande. Les économies, prévues à 14 milliards d'euros, "doivent être l'instrument de bouclage du budget".

Le ministre a refusé de commenter une autre information des Echos sur le projet de suppression des niches fiscales pour les familles ayant des enfants scolarisés.

Elle était jusque-là envisagée pour le secondaire uniquement, pour 235 millions d'euros d'économie avec 2,2 millions de ménages concernés. Elargie au supérieur, cette réforme concernerait 1,15 million de ménages supplémentaires, avec 210 millions d'euros de recettes en plus.

Ces familles voient aujourd'hui leur impôt sur le revenu réduit de 61 euros par enfant au collège, 153 euros par enfant au lycée et 183 euros par enfant à l'université.

Interrogé sur l'information, Bernard Cazeneuve a réitéré la volonté du gouvernement de s'attaquer aux niches fiscales plutôt que d'augmenter les impôts.

"Quoi qu'il arrive et quelles que soient les décisions qui seront prises en arbitrage, ce que je peux dire c'est que le gouvernement prendra des moyens pour accompagner de façon significative les étudiants les plus défavorisés", a-t-il dit.

"Il y aura des mesures destinées à faire en sorte que les parents qui n'ont pas les moyens d'accompagner dans leurs études soient aidés", a indiqué le ministre

Chine Labbé et Yann Le Guernigou, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jer.mout le jeudi 5 sept 2013 à 11:10

    vive 2014 d accord avec toi m931269 le social y en a marre j espere que les 52 pourcent de francais qui ont voulu ce regime car ont peut les comparer a assad en matraquant les travailleurs vont reflechir et pas ce laisser berner une deuxieme fois

  • LeRaleur le jeudi 5 sept 2013 à 10:49

    Super, on coule, mais moins vite.

  • M1945416 le jeudi 5 sept 2013 à 10:39

    attendez la taxe habitation - foncière , on risque d'avoir un choc

  • M3335165 le jeudi 5 sept 2013 à 10:31

    Donc encore au moins 2 milliards et donc .....Hollande a menti : pas de pause..

  • M931269 le jeudi 5 sept 2013 à 09:47

    ....2014 année des éléctions Municipales .....on prépare le ...."terrain" ......il faut dire qu'il est trés glissant depuis 16 mois

Partenaires Taux