Hausse timide des Bourses européennes en début de séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN PETITE HAUSSE À L'OUVERTURE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN PETITE HAUSSE À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes affichent une hausse timide jeudi en ouverture, s'appuyant davantage sur leur fort rebond de la veille que poussées par un véritable courant haussier, les investisseurs étant confrontés à de nouvelles incertitudes sur la question grecque et à la publication en début d'après-midi de l'importante statistique de l'emploi américaine de juin.

Cette statistique est avancée d'un jour car les marchés américains seront fermés demain vendredi, à la veille de la Fête de l'Indépendance.

Quelques minutes après l'ouverture, l'indice CAC 40 gagne 0,11% à 4.888,71 points. À Francfort, le Dax prend 0,16% et à Londres, le FTSE est stable (+0,07%).

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro varie peu lui aussi (-0,06%) et le FTSEurofirst 300 pareillement (+0,08%).

En Asie, la Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,95%, soutenue par le yen faible et par les constructeurs automobiles après l'annonce de leurs ventes de juin aux Etats-Unis.

Sur le dossier grec proprement dit, le ministre français des Finances Michel Sapin a jugé jeudi impossible de conclure un accord avec la Grèce avant le référendum de dimanche, en rupture avec la ligne défendue jusqu'à la veille par la France dans le dossier de la crise grecque.

Le Premier ministre a réitéré mercredi son appel à voter "non" aux propositions des créanciers de la Grèce lors du référendum de dimanche qui pourrait décider de l'avenir européen du pays.

Les indicateurs américains du jour, et notamment la statistique de l'emploi, nourrissent les anticipations d'un futur resserrement monétaire de la part de la Réserve fédérale dans le courant de l'année.

Mais ce sentiment est sans effet sur le dollar qui cède 0,18% face à l'euro et 0,12% contre un panier de devises.

Aux valeurs, Electrolux décroche de plus de 9%, la plus forte baisse de l'indice FTSEurofirst 300, après l'annonce par le département américain de la Justice de l'ouverture d'une procédure visant à empêcher le rachat de la division électroménager de General Electric par le géant suédois de l'électroménager pour 3,3 milliards de dollars.

RWE gagne 2,8%, plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, l'Allemagne semblant avoir renoncé à imposer une taxe sur le CO2 émis par les centrales électriques les plus anciennes et donc les plus polluantes.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant