Hausse modérée des marchés européens à l'ouverture

le
0
HAUSSE MODÉRÉE DES MARCHÉS EUROPÉENS À L'OUVERTURE
HAUSSE MODÉRÉE DES MARCHÉS EUROPÉENS À L'OUVERTURE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en hausse modérée lundi, accentuant leurs gains de la semaine dernière, en attendant l'annonce probable de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne (BCE).

L'abandon par la Banque nationale suisse du cours plancher du franc suisse a conforté les anticipations de l'annonce par la BCE d'un plan de rachats massifs de dettes souveraines à l'issue de sa réunion jeudi. Cette perspective d'un "quantitative easing" (QE) européen dope les marchés depuis deux semaines.

"Le débat sur le marché ne porte plus sur la question de savoir si la BCE va annoncer un QE mais sur la forme que prendra cette annonce et notamment sur les détails techniques du plan", dit l'analyste de BNP Paribas Luigi Speranza.

"Les commentaires de la BCE laissent penser qu'une décision définitive sur les aspects les plus controversés de ce plan, telles que son ampleur et l'allocation du risque, n'ont pas encore été pris. Nous pensons qu'il est de plus en plus probable que la BCE laissera porter au moins une partie du risque par les banques centrales nationales, plutôt que de le mutualiser."

À Paris, l'indice CAC 40 prenait 0,26% à 4.391,44 points vers 09h40. À Francfort, le Dax gagnait 0,81% et à Londres, le FTSE 0,52%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,43% et le FTSEurofirst 300 de 0,54%.

L'activité devrait toutefois rester limitée sur les marchés en ce jour de fermeture des marchés américains pour le Martin Luther King's Day.

Aux valeurs, Soitec prend 4%, plus forte hausse de l'indice SBF 120, après avoir annoncé son recentrage sur l'électronique, son coeur de métier, et un changement de gouvernance.

Le groupe de conseil en technologies Altran perd en revanche 10,4%, plus forte baisse du SBF 120, après l'annonce du départ de son PDG qui doit rejoindre le groupe de restauration collective Elior.

Carmat s'envole de 23% après l'annonce du retour à son domicile en début d'année du patient implanté à Nantes en août dernier.

Julius Baer figure parmi les plus fortes hausses, avec un gain de 4,9%, à la suite de l'annonce par la banque privée suisse qu'elle n'a pas subi de pertes pendant les deux jours qui ont suivi la décision de la BNS d'abandonner le cours plancher du franc suisse en vigueur depuis trois ans.

Les banques coopératives italiennes grimpent à Milan après des informations de presse selon lesquelles le gouvernement prépare une réforme qui abolirait la règle donnant une voix à chaque actionnaire, quelle que soit sa part. Banco Popolare notamment gagne 7,8% et Popolare Milano 8,4%.

La semaine sera aussi marquée par la perpective des élections législatives anticipées en Grèce, dimanche, où le parti de la gauche radicale Syriza est donné vainqueur. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a prévenu Athènes qu'une restructuration de sa dette aurait des conséquences.

Ces incertitudes et la perspective de l'annonce d'un QE continuent à peser sur l'euro, qui se traite autour de 1,1580 dollar, après avoir touché un plus bas de 11 ans vendredi. Face au franc suisse, la devise européenne reprend 1% après avoir chuté de 17% la semaine dernière suite à la décision de la BNS.

Les cours du pétrole sont encore en recul, avec un baril de Brent sous les 50 dollars et un brut léger américain près des 48 dollars.

Enfin, les Bourses chinoises ont accusé leur plus forte baisse quotidienne en plus de six ans et demi, plombées par des mesures prises par Pékin vendredi auprès des intermédiaires financiers et des banques et visant à freiner la spéculation. La Bourse de Shanghaï a chuté de 7,7%.

(Avec Katharina Bart, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant