Hausse du retour sur investissement en R&D pour GlaxoSmithKline

le
0
HAUSSE DU RETOUR SUR INVESTISSEMENT EN R&D POUR GLAXOSMITHKLINE
HAUSSE DU RETOUR SUR INVESTISSEMENT EN R&D POUR GLAXOSMITHKLINE

LONDRES (Reuters) - GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé mardi avoir tiré profit de la réorganisation de ses activités de recherche et de développement (R&D), augmentant son retour sur investissement dans ce domaine à environ 12% contre 11% en 2010.

Le laboratoire britannique s'est dit en mesure d'atteindre son objectif d'un taux de retour de 14%, malgré des résultats du quatrième trimestre qui sont ressortis en-deçà des attentes des analystes et pesaient sur le cours de l'action à la Bourse de Londres.

Vers 13h20 GMT, le titre cédait près de 2%, tandis que l'indice Stoxx Europe 600 du secteur était stable (+0,08%).

Le chiffre d'affaires a reculé de 3% entre octobre et décembre par rapport à la même période de 2010, à 6,98 milliards de livres (8,41 milliards d'euros) et le bénéfice par action (BPA) avant charges de restructuration s'est établi à 28,4 pence, contre une perte de 7,5 pence un an plus tôt.

Les analystes tablaient en moyenne sur des ventes à 7,33 milliards de livres et un BPA de 29,0 pence, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Le directeur général Andrew Witty a réaffirmé que GSK était sur la bonne voie pour renouer avec une croissance de ses ventes en 2012, avec des marges en amélioration progressives.

GSK est l'un des rares groupes pharmaceutiques à publier un objectif clair de retour sur investissement dans la recherche et développement (R&D) et l'augmentation de ce taux contraste avec l'ensemble du secteur, où le retour sur investissement est en recul.

"Je crois que 12% est un chiffre significatif et j'en suis heureux. Je suis confiant dans le fait que (ce chiffre) continuera à progresser en direction de 14% dans les années à venir", a déclaré Moncef Slaoui, directeur de la recherche chez GSK.

GSK prévoit de se désinvestir de plusieurs actifs non-stratégiques et de redistribuer du cash à ses actionnaires. Le groupe a indiqué tabler sur des rachats d'actions atteignant un à deux milliards de livres en 2012.

Ben Hirschler, Jean Décotte pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant