Hausse du déficit budgétaire à 84,1 milliards à fin juillet

le
15
HAUSSE DU DÉFICIT BUDGÉTAIRE À 84,1 MILLIARDS À FIN JUILLET
HAUSSE DU DÉFICIT BUDGÉTAIRE À 84,1 MILLIARDS À FIN JUILLET

PARIS (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français à fin juillet s'élevait à 84,1 milliards d'euros, soit plus que l'an dernier à la même époque (80,8 milliards), selon les données publiées mardi par le ministère du Budget.

Cette hausse du déficit s'explique, selon le ministère, en particulier par les dépenses liées au programme d'investissements d'avenir, tandis que les recettes baissent en raison notamment de l'entrée en vigueur du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).

Au 31 juillet, les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 233,5 milliards d'euros contre 235,5 milliards un an plus tôt, soit une baisse de près de deux milliards.

Sans les dépenses exceptionnelles (investissements d'avenir, dotation au Mécanisme européen de stabilité et à la Banque européenne d'investissement), les dépenses baissent de 5,1 milliards d'euros par rapport à l'an dernier.

Dans un communiqué, le ministère souligne que "ce montant est cohérent avec la trajectoire de dépense qui découle de la loi de finances pour 2014 et des mesures d'économies complémentaires (1,6 milliard d'euros) adoptées dans le cadre de la loi de finances rectificative pour 2014".

Il précise que la charge de la dette, en baisse de 1,7 milliard d'euros par rapport à fin juillet 2013 (26,4 milliards contre 28,1 milliards), "est maîtrisée en raison notamment du maintien des taux d'intérêt à un très faible niveau".

Les recettes s'élèvent dans le même temps à 170,1 milliards contre 176,4 milliards à fin juillet 2013, en baisse de 6,3 milliards d'euros. Selon le ministère, "cette évolution est liée à la diminution du produit de l'impôt sur les sociétés, qui s'explique en particulier par l'entrée en vigueur du crédit d'impôt en faveur de la compétitivité et de l'emploi (CICE)".

Les seules recettes fiscales nettes baissent de 2,6%, à 162,28 milliards, du fait d'une chute de 41,8% de l'impôt sur les sociétés (13,57 milliards).

Les recettes de TVA, dont les taux ont augmenté au 1er janvier, progressent de 3,4%, à 81,01 milliards d'euros.

L'impôt sur le revenu progresse de 9,6%, à 44,63 milliards d'euros, le ministère précisant que "l'écart constaté à fin juillet par rapport à la même période l'année dernière résulte en partie d'un effet calendaire lié à la fusion des avis d'imposition d'impôt sur le revenu et de contributions sociales".

La loi de finances initiale pour 2014 prévoyait un déficit annuel de 82,6 milliards d'euros, y compris 11 milliards au titre des investissements d'avenir, contre 74,9 milliards en 2013.

Le déficit prévu a été revu en hausse à 83,9 milliards dans la loi de finances rectificative.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mardi 9 sept 2014 à 22:20

    Contribuables : vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, le déficit global de la France n'est que 2 026 MILLIARDS d'euros (http://www.contribuables.org/) soit + 256 MILLIARDS depuis l'arrivée de FH avec tous les impôts et prélèvements qu'il a fait ; merci à tous le benêts qui ont votés FH.

  • fouche15 le mardi 9 sept 2014 à 11:14

    scheyde1-Il faut en effet détaxer complétement l'épargne (IR PS ISF DMTG) car elle a déjà été taxée avant sa formation et elle est absolument essentielle pour l'investissement et donc l'emploi à terme. Ainsi va l'économie.

  • fouche15 le mardi 9 sept 2014 à 11:06

    scheyde1-Il fa

  • fouche15 le mardi 9 sept 2014 à 11:05

    M7817796 - Pour les 45 M versés au détenteur de la dette, ce n'est pas leur faute c'est plutôt celle de l'emprunteur, alors les rentiers en question ne sont pas ceux que vous viseriez mais plutôt tous ces bénéficiaires entre autres de retraites plantureuses dont bénéficient les élus

  • scheyde1 le mardi 9 sept 2014 à 09:58

    Pour relancer une économie, il faut attirer les capitaux. Nos gouvernants font le contraire. Pour attirer les capitaux, il faut stabiliser la fiscalité. Et faire revenir Alain Delon et Gérard Depardieu en France. C'est symbolique, peut-être, mais ça va rassurer les investisseurs.

  • scheyde1 le mardi 9 sept 2014 à 09:54

    Pour M7817796 : les 45 milliards d'intérêts viennent alimenter les comptes bancaires de petites gens comme vous et moi (ou les assurances vie) Je ne considère pas rentier avec 500 € d'intérêts par an

  • scheyde1 le mardi 9 sept 2014 à 09:51

    On apprend à l'école primaire que "trop d'impôts tue l'impôt". Pourquoi nos politiques ne passent pas par l'école primaire. Il n'est pas nécessaire de faire polytechnique pour le savoir, puisque je le sais sans être passé par cette école.Un impôt symbolique à 75 % fait fuir les capitaux. Alain Delon est en suisse depuis plus de 20 ans. Il y a bien un problème français.

  • M7817796 le mardi 9 sept 2014 à 09:50

    100 mds supplémentaires en 2014. 45 mds!!! d'intérêts versés chaque année aux rentiers. Pensez un instant tout ce qu'on peut faire avec seulement la moitié. Écoles logement recherche ... Il est urgent de rembourser la dette avec le Franc et faire des emprunts à taux ZÉRO.

  • scheyde1 le mardi 9 sept 2014 à 09:47

    Un taux de l'impôt sur les sociétés de 33,1/3 au lieu de 15 % en Allemagne et 23 % en Angleterre. Pire: en 2013, la création d'une sixième tranche d'impôt sur le revenu à 45 % (au lieu de 41 % en 2012) va toucher les entreprises individuelles à partir de 150 000 euros de revenus. Sans parler de la " taxe à 75 % " à partir d'un million d'euros de revenus. Et, spécificité française : des prélèvement sociaux sur les revenus du capital (CSG, CRDS, ... de

  • dsta le mardi 9 sept 2014 à 09:46

    Tout va mieux que bien ! Le changement c'est MAINTENANT..., mais en pire !Au vu de leurs résultats, qu'ils DEGAGENT ...et vite, ces INCOMPETENTS, donneurs de leçons !

Partenaires Taux