Hausse du bénéfice de Lloyds qui envisage de verser un dividende

le
0
HAUSSE DU BÉNÉFICE DE LLOYDS QUI ENVISAGE DE VERSER UN DIVIDENDE
HAUSSE DU BÉNÉFICE DE LLOYDS QUI ENVISAGE DE VERSER UN DIVIDENDE

LONDRES (Reuters) - Lloyds Banking Group a déclaré jeudi qu'il demanderait cette année à reprendre le versement d'un dividende à un degré "modeste" après avoir annoncé une hausse d'un tiers de son bénéfice trimestriel en dépit d'une nouvelle augmentation des coûts de dédommagement aux clients auxquels avaient été vendus des produits d'assurance crédit dans des conditions litigieuses.

La banque, dont l'Etat britannique détient 25% du capital après avoir été renflouée durant la crise financière de 2008, ne peut plus verser de dividende précisément en raison de cette aide publique.

Lloyds a fait état d'un bénéfice récurrent sur six mois à la fin juin de 3,8 milliards de livres (4,8 milliards d'euros), en hausse de 32%, à la faveur d'une croissance des marges, d'une amélioration de la situation économique et de pertes sur créances douteuses et irrécouvrables réduites de plus de moitié à 758 millions de livres.

La marge nette d'intérêts - différence entre les intérêts perçus sur les crédits et ceux versés sur les dépôts et autres placements réservés à la clientèle - a augmenté à 2,4% au premier semestre contre 2,01% un an auparavant. La banque projette une marge annuelle de 2,45%.

Lloyds précise avoir mis en réserve 600 millions de livres de plus pour dédommager la clientèle dans le dossier des produits d'assurance, soit au total plus de 10 milliards de livres réservées à cette fin.

Par ailleurs, la nouvelle banque britannique TSB a annoncé elle un bénéfice récurrent semestriel en baisse de 17%, en raison des coûts supplémentaires nés de sa scission d'avec Lloyds et de son introduction en Bourse le mois dernier.

La septième banque britannique, dont Lloyds a placé 35% du capital sur le marché, a fait état d'un bénéfice imposable de 78,6 millions de livres contre 94,6 millions un an auparavant.

L'action Lloyds gagne 0,2% dans les premières transactions.

(Steve Slater et Matt Scuffham, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant