Hausse des prix et baisse des ventes  dans les supermarchés

le
0
L'augmentation des tarifs négociée entre fournisseurs et distributeurs est répercutée propgressivement dans les rayons. Les consommateurs boudent de plus en plus certains produits.

L'inquiétude commence à monter dans les états-majors des distributeurs. Depuis le mois de mai, en réaction à l'augmentation des prix dans les hypers et supermarchés, les ménages français rayent certains produits de leur liste de courses. Fin février, les centrales d'achats des hypers et supermarchés avaient achevé, dans la douleur, leurs traditionnelles négociations tarifaires annuelles avec les industriels de l'agroalimentaire et des produits de grande consommation. Ces derniers avaient eu le plus grand mal à faire passer les augmentations qu'ils estimaient nécessaires, au vu de la flambée des prix des matières premières.

Depuis mars, les distributeurs répercutent peu à peu les hausses sur leurs étiquettes. Ce mois-là, les prix en magasin ont augmenté de 0,67 % par rapport à février, selon l'institut Symphony IRI Group. Depuis, d'un mois sur l'autre, les tarifs en rayon augmentent à chaque fois de 0,50 %. «Le retour de l'inflation commence à se fair

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant