Hausse des prix du gaz : quelles solutions ?

le
0
Les hausses des prix du gaz et de l'électricité justifient de faire de vrais efforts en matière d'économies d'énergie. Le PDG de GDF-Suez Gérard Mestrallet, lui, a rappelé que « le fait que les tarifs reflètent les coûts [?] est une obligation absolue ».
Les hausses des prix du gaz et de l'électricité justifient de faire de vrais efforts en matière d'économies d'énergie. Le PDG de GDF-Suez Gérard Mestrallet, lui, a rappelé que « le fait que les tarifs reflètent les coûts [?] est une obligation absolue ».

À la suite de l'invalidation début juillet par le Conseil d'état du gel des prix du gaz, institué par l'ancien gouvernement fin 2011 dans la perspective du scrutin présidentiel, le groupe n'a pas tardé à riposter. Cette hausse des prix permettra sans doute de populariser encore plus les éco gestes permettant des économies d'énergie.



Il vient ainsi d'officialiser sa volonté de facturer à ses clients quelque deux-cent quatre-vingt-dix millions d'euros. Un montant exorbitant et qui a suscité de vives réactions au sein de la classe politique, notamment dans les rangs du Front National et du Nouveau Centre, relatent nos confrères de l'AFP.


Histoire de mieux faire passer la pilule et en accord avec l'État, GDF-Suez a toutefois précisé que ce paiement compensatoire serait étalé jusqu'en juin 2014, soit « sur une durée permettant à ses clients de réduire l'impact sur leur pouvoir d'achat ». Aussi le paiement compensatoire s'élèverait-il, « en moyenne, à trente-huit euros pour un ménage se chauffant au gaz ». « Du fait de cet étalement, [?] le surcoût sera en moyenne limité à moins de deux euros par mois pour les clients chauffés au gaz et à vingt centimes d'euros par mois pour ceux qui n'utilisent le gaz que pour la cuisson et l'eau chaude », ajoute l'AFP.


Supposé avoir cours jusqu'au terme du premier semestre 2012, le gel des prix du gazn'aura in fine duré que trois mois. Saisi par GDF-Suez - qui a en outre fait savoir hier qu'il était prêt à lancer des « recours appropriés » contre le plafonnement à 2 % de l'augmentation de ses tarifs en juillet *, décidé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault également au nom de la défense du pouvoir d'achat -, le Conseil d'État avait le mois dernier imposé à l'État de « réviser rétroactivement dans un délai d'un mois les tarifs appliqués pour la période allant du 1er octobre 2011 au 1er janvier 2012, afin que GDF-Suez puisse récupérer le manque-à-gagner », rappelle l'Agence. Sachant que les prix du gaz naturel, en vertu d'une formule de calcul officielle, auraient dû croître de 8,8 à 10 % durant cette période afin que l'opérateur soit en mesure de couvrir ses coûts.



Priorité absolue aux éco gestes et aux économies d'énergie


« Le fait que les tarifs reflètent les coûts [?] est une obligation absolue », a souligné le PDG de GDF-Suez Gérard Mestrallet, cité par l'AFP. Faire des économies d'énergie en est une autre, à plus forte raison dans un tel contexte d'érosion permanente du pouvoir d'achat. La hausse du prix du gaz à venir a beau être supportable, elle doit aussi être associée à celle du prix du carburant, perpétuelle et en l'occurrence dévastatrice pour le portefeuille, et à celle du prix de l'électricité.


On profitera donc de l'occasion pour rappeler à nos lecteurs qu'il existe de nombreux éco-gestes pour réduire la facture énergétique [NDLR : étant entendu que, si l'on en croit l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), près de quatre millions de ménages consacrent plus de 10 % de leur budget aux dépenses d'énergie. Ce budget dédié à l'électricité et au chauffage a de surcroît progressé de 32 % en l'espace de dix ans.). En cette période estivale, veillez par exemple à bien vous hydrater ? de l'eau de préférence -, à mettre vos poignets sous l'eau froide voire à porter une chemise à manches courtes dont les manches seront mouillées pour réduire le recours à la climatisation. En cas d'absence prolongée, souvenez-vous aussi qu'il est préférable d'éteindre vos appareils électroniques plutôt que de les laisser en veille.


Alors que l'électricité pourrait augmenter de 30 % d'ici 2016, dixit le président de la Commission de Régulation de l'énergie (CRE) Philippe de Ladoucette en janvier dernier, il convient également d'investir dans un compteur énergétique ou, pour ceux qui en disposent déjà, de le surveiller de près. Il est en effet difficile, sinon impossible, de réduire sa consommation électrique lorsqu'on ignore quelle quantité d'énergie on consomme.


Autre sage décision : remplacer les ampoules traditionnelles par des ampoules LED (Light Emitting Diode). Car si le coût initial est plus élevé, ces dernières peuvent consommer jusqu'à 80 % d'électricité en moins et durer vingt-cinq fois plus longtemps. Enfin, pour ce qui concerne les propriétaires, n'hésitez pas à faire faire un audit énergétique. Solliciter un professionnel pour évaluer l'état énergétique de votre domicile, repérer les zones à déperdition de chaleur et les points où l'efficacité énergétique peut être améliorée, c'est un peu comme un check-up chez le médecin : ce n'est jamais inutile.


* 2 %, soit 5,3 points de moins que le niveau requis par la CRE pour que GDF-Suez puisse s'y retrouver financièrement...


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant