Hausse de la pauvreté en France : le cri d'alarme du Secours catholique

le
0
Hausse de la pauvreté en France : le cri d'alarme du Secours catholique
Hausse de la pauvreté en France : le cri d'alarme du Secours catholique

Le Secours catholique l'assure dans son rapport annuel publié ce jeudi : la pauvreté continue de s'étendre en France et concerne de plus en plus de couples avec enfants. L'association humanitaire constate aussi que les plus fragiles ont de moins en moins accès à l'emploi. En 2012, elle a rencontré 1,43 million de personnes, dont 672 000 enfants.

La très grande majorité vit sous le seuil de pauvreté (977 euros en 2011), voire de très grande pauvreté (644 euros), explique le secrétaire général du Secours catholique, Bernard Thibaud. Près d'une personne sur six (17%) ne dispose d'aucune ressource et 45% ne vivent que d'aides sociales.

Constat alarmant, leur niveau de vie a baissé de 2,5% depuis 2011, à 497 euros, souligne Bernard Thibaud, qui note «une part croissante de couples avec enfants» (23%). «Désormais, même le deuxième emploi n'est plus là», souligne-t-il. Un tiers sont étrangers (dont 48% avec un titre de séjour), avec des niveaux de vie encore plus faibles.

INFOGRAPHIE. Qui va au Secours catholique ?

L'infographie ci-dessus montre la surreprésentation de certains types de ménages au Secours catholique. Les familles monoparentales représentent ainsi 31% des ménages aidés alors qu'elles ne sont que 8% des ménages français. Même chose, dans une moindre mesure, pour les hommes seuls, qui constituent 24% des aidés, contre 14% sur l'ensemble de la France.

A l'inverse, les couples sans enfant, qui représentent 26% des ménages en France, ne représentent que 6% de ceux qui reçoivent une aide du Secours catholique. A noter : les «ménages complexes» sont ceux composés de 2 familles ou de plusieurs personnes isolées. Ils sont intégrés dans les autres types de ménages dans les comptes de l'association.

Les impayés liés aux dépenses contraintes, en hausse, touchent près de 6 personnes sur 10, avec un montant mensuel médian de 797 euros. Sont principalement concernés les impayés de loyer, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant