Hausse de 4% des encaissements des Urssaf en 2013

le
9
LES ENCAISSEMENTS DES URSSAF EN HAUSSE DE 4% EN 2013
LES ENCAISSEMENTS DES URSSAF EN HAUSSE DE 4% EN 2013

PARIS (Reuters) - Les encaissements des Urssaf ont progressé de 4,0% en 2013 sous l'effet des hausses de charges sociales votées par la gauche et ce, malgré un environnement économique difficile, selon les données publiées mardi par l'Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale).

Les recettes de la Sécurité sociale ont aussi bénéficié d'une forte baisse des exonérations de charges (-6,4%), tout particulièrement celles pesant sur les heures supplémentaires.

Les Urssaf ont encaissé l'an passé un total de 328,6 milliards d'euros, soit 12 milliards, ou 4,0%, de plus qu'en 2012. Les sommes en provenance du secteur privé, qui représentent 72,1% de l'ensemble, ont augmenté pour leur part de 3,9% à 236,8 milliards.

Près d'un tiers de cette hausse tient à la progression de 1,2% de la masse salariale du secteur privé, un niveau en net retrait par rapport à 2012 (2,1%) mais bien supérieur à celui de la croissance de l'économie (+0,4%) et ce, en dépit de la baisse globale de 0,6% de l'emploi dans le privé.

Les variations de taux et les contributions nouvelles ont pour leur part contribué pour 1,4 point à la croissance des encaissements de 2013.

La plus importante a été le relèvement, voté à l'été 2012, de 8,0% à 20% de la contribution au titre du forfait social sur la participation et l'intéressement des salariés, qui a rapporté 1,8 milliard d'euros de plus d'un an sur l'autre.

Enfin, l'accentuation de la baisse des exonérations de charges (-6,4% en 2013 après -2,0% en 2012), a représenté 0,9 point de croissance pour les recettes de la Sécurité sociale l'an passé.

Leur recul de 2013 s'explique en quasi-totalité par la suppression des exonérations de charges salariales sur les heures supplémentaires.

Ayant culminé à 30,7 milliards d'euros en 2008, les exonérations de charges sont en baisse constante depuis et se sont inscrites l'an passé à 25,7 milliards d'euros. Sur ce total, les allègements sur les bas salaires représentent 19,7 milliards (+0,6% par rapport à 2013).

(Yann Le Guernigou, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bsdm le mardi 30 déc 2014 à 10:00

    Urssaf 12Mds de prélevements supplémentaires en 2013 par rapport à 2012 , gageons qen 2014 le mouvement a du continuer ,comment croire ensuite un gouvernement qui dit baisser les charges s'il les augmentent auparavant?

  • dcabon le mardi 30 déc 2014 à 09:29

    Nous allons améliorer la compétitivité des entreprises !! Mon c.ul ! Menteurs et voleurs ! Incompétents et Profiteurs ! A la porte les socialos ! Hollande et Sapin en tête !!

  • klein44 le mardi 30 déc 2014 à 09:11

    c est quoi ce melimelo de chiffres!!!

  • M8252219 le mardi 30 déc 2014 à 08:57

    LA TVA SOCIALE DOIT REMPLACER CE RACKET SUR LES SALARIÉS ET LES ENTREPRISES.Tous les français et "d'autres" bénéficient du "RÉGIME SOCIAL À LA FRANÇAISE; tous doivent participer à son financement: Pas seulement les salariés et les entreprises.

  • M2286010 le mardi 30 déc 2014 à 08:52

    Je croyais que le Pacte de Compétitivité consistait essentiellement à baisser les charges des entreprises ?... Le gouvernement et les médias nous auraient-ils menti ?...Ce n'est pourtant pas dans leurs habitudes...(Hollande / Pujadas même combat!).

  • ttini le mardi 30 déc 2014 à 08:48

    pas de quoi être fier

  • abacchia le mardi 30 déc 2014 à 08:45

    C'est une véritable honte, et ne ressemble qu'à une seule chose : LE RACKET !! Il parait que Mr HOLLANDE va s'adresser aux Français avec un "esprit combatif pour 2015" ! Je suis curieux de voir ça, mais après tout, on a le gouvernement qu'on mérite, et pire que tout, qu'une majorité de français a élu ! :-(

  • lhonderm le mardi 30 déc 2014 à 08:38

    baisse toute proportionnelle de l'emploi salarié et non salarié. Faire raquer les entreprises pour faire monter le chômage... Quelle honte.

  • ccondem1 le mardi 30 déc 2014 à 08:31

    La seule croissance française durable est bien celle des prélèvements obligatoires !