Hausse de 4,5% du CA trimestriel d'Eiffage

le
2
HAUSSE DE 4,5% DU CA D'EIFFAGE AU 1ER TRIMESTRE
HAUSSE DE 4,5% DU CA D'EIFFAGE AU 1ER TRIMESTRE

PARIS (Reuters) - Eiffage a fait état lundi d'une hausse de 4,5% de son chiffre d'affaires au premier trimestre grâce au BTP et aux autoroutes, et confirmé sa prévision d'une légère croissance de son activité sur l'ensemble de l'année.

Le groupe de BTP et de concessions, dont le CA a atteint 3,04 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année (+2,8% à périmètre et changes constants), table toujours sur une hausse de 0,7% à 14,4 milliards d'euros de son chiffre d'affaires en 2014.

Sur les trois premiers mois de l'année, l'activité a été soutenue par les branches construction (+11,7% à structure réelle), travaux publics (+7,5%) et concessions autoroutières (+4,6%).

Cette performance, imputable à une activité immobilière toujours soutenue en Ile-de-France et à un hiver relativement clément, a permis de compenser une baisse de 7,5% dans l'énergie, l'activité génie électrique et climatique en France ayant souffert de retards dans le démarrage de certains chantiers.

Le chiffre d'affaires des concessions - notamment le réseau autoroutier APRR - a progressé quant à lui de 4,6% à structure réelle et de 3,3% à périmètre et change constants, l'amélioration de 0,7% du trafic ayant été renforcée par les hausses de péages intervenues au 1er février.

Eiffage, qui disposait à la fin du trimestre d'une liquidité supérieure à un milliard d'euros, affiche un carnet de commandes représentant un peu plus d'un an d'activité. Le carnet a progressé de 5,8% sur le trimestre, mais reculé de 2,8% sur un an.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.lux le lundi 12 mai 2014 à 21:19

    quel échec !

  • denisam1 le lundi 12 mai 2014 à 20:45

    Et bien ""DIDON "" voilà que c'est très rentable les autoroutes .... n'est ce pas monsieur "" devillepin "" qui les as vendu 4 francs six sous et qui plus