Hausse de 30,5% du CA de Rémy Cointreau au 3e trimestre

le
1
HAUSSE DE 30,5% DU CA DE RÉMY COINTREAU AU 3E TRIMESTRE
HAUSSE DE 30,5% DU CA DE RÉMY COINTREAU AU 3E TRIMESTRE

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a annoncé jeudi une croissance organique de ses ventes de 30,5% au titre de son troisième trimestre grâce au bond des livraisons de cognac pour le Nouvel An chinois.

Le groupe, numéro deux français des spiritueux derrière Pernod Ricard, a réalisé sur la période octobre-décembre un chiffre d'affaires de 346,1 millions d'euros. . Sur neuf mois, les ventes ressortent à 821 millions d'euros, soit une hausse de 18,2% en données publiées et de 22,9% en données organiques.

Au troisième trimestre, les ventes de cognac ont bondi de 55,4% en données organiques. Ce trimestre, traditionnellement le plus fort de l'année pour le propriétaire du cognac Rémy Martin, de la liqueur Cointreau et du rhum Mount Gay, a été renforcé en 2011 par un Nouvel An chinois plus précoce qu'en 2010, l'essentiel des commandes de cognac, dont la Chine est très friande, ayant été passées au troisième trimestre.

"Les chiffres sont excellents, le groupe a publié ce matin un T3 supérieur à nos attentes", a déclaré un analyste du secteur, sous couvert d'anonymat. "Comme prévu, les ventes de cognac ont affiché une croissance stellaire (...) et ont été également marquées par la poursuite des effets de mix et de prix."

L'action Rémy Cointreau a ouvert en hausse de 2% environ à un plus haut historique de 68 euros, avant de se retourner à la baisse. Vers 10h45, le titre abandonnait 3,75% à 63,88 euros.

Le plus haut de jeudi matin marquait un gain de 19% par rapport à un plus bas touché fin novembre.

VERS 15-18% DE CROISSANCE DU ROC

Contrecoup de la performance du troisième trimestre, le quatrième trimestre de l'exercice est attendu en baisse.

"C'est un effet technique pur et simple, nous n'avons aucun doute sur notre stratégie, aucun doute sur la bonne performance de nos marques", a souligné le directeur financier Frédéric Pflanz, au cours d'une téléconférence.

"Nous sommes dans une situation où la totalité du chiffre d'affaires de la marque Rémy Martin a été transférée, pour cette activité festive, sur le troisième trimestre", a-t-il ajouté.

Le groupe vise une "forte progression" de son chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'exercice, ainsi qu'une croissance significative à deux chiffres de son résultat opérationnel courant sur l'année.

"(Rémy Cointreau) a toujours, depuis deux ans, et va continuer à l'avoir encore sur cette année fiscale-ci, une politique d'investissement forte (dans la publicité et la distribution)", a précisé Frédéric Pflanz.

"La conséquence de cela sera que la croissance du résultat sera peut-être un peu moins importante que ce que vous aviez en tête", a-t-il ajouté. "Nous ciblons aujourd'hui une croissance entre 15% et 18% de notre résultat opérationnel courant."

Plusieurs analystes anticipaient une hausse de l'ordre de 20% sur l'année.

"La croissance devrait être moins forte au T4 (...) néanmoins, compte tenu de l'avance prise au T3, notre prévision de croissance organique de 11,1% sur 2011-2012 (...) devrait être relevée", a commenté Gilbert Dupont, dans une note.

Récoltant les fruits de sa stratégie de montée en gamme dans le cognac, qui pèse pour 60% de ses ventes et 80% de sa rentabilité, Rémy Cointreau a dépassé le consensus au premier semestre. Le groupe profite notamment d'une demande chinoise explosive pour les eaux-de-vie chères, qui devrait faire de la Chine le premier marché de Rémy Cointreau cette année devant les Etats-Unis.

Frédéric Pflanz s'est également déclaré confiant dans les perspectives du brandy grec Metaxa, dont la contre-performance avait pesé sur les ventes de l'exercice précédent.

"Il ne faut pas espérer que la Grèce fasse autre chose que du surplace, voire légèrement négatif, pendant quelques mois et les années à venir", a-t-il dit. "Nous comptons par contre développer la marque plutôt sur ses autres pays historiques, comme l'Allemagne et l'Autriche, et surtout sur les marchés des pays de l'Est."

Quant à l'alourdissement de la fiscalité sur les alcools forts en France, décidée par le gouvernement pour réduire les déficits, son impact est évalué à environ 1,30 euro pour une bouteille d'un litre mais est jugé négligeable à l'échelle du groupe.

"Notre chiffre d'affaires est fortement exportateur, le chiffre d'affaires total de la France pour la maison Rémy Cointreau est maintenant inférieur à environ 5%, donc nous n'avons pas eu des effets suffisamment importants pour que l'on doive les mentionner dans notre communiqué de chiffre d'affaires", a indiqué Frédéric Pflanz.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8043631 le jeudi 19 jan 2012 à 11:37

    Trop tard, Je viens de déposer le slogan l'heure faisant foi : COINTREAU N'EN FAUT