Hatem et l'OM

le
0
Hatem et l'OM
Hatem et l'OM

Ce dimanche soir, même s'il sera sûrement sur le banc, Hatem Ben Arfa va retrouver un de ses anciens clubs, l'Olympique de Marseille. Retour sur un amour vache qui a duré deux ans.

"L'OM, c'est le choix du cœur. C'est un club dans lequel tout joueur rêve d'évoluer par rapport au public, à toute la chaleur autour de ce club. Quel joueur n'aimerait pas jouer ici ? (...) Je ne me vois pas aller à Paris un jour. J'ai envie de viser plus haut. " En 2010, Hatem Ben Arfa portait le maillot de l'Olympique de Marseille et il en était visiblement très fier. Assez pour dénigrer le rival parisien avant un PSG-OM au Parc de Princes. À vingt-trois ans, il ne s'est pas encore brûlé les ailes dans des choix de carrière douteux, il n'a pas encore échoué à Newcastle et à Hull City, il n'a pas encore ressuscité à l'OGC Nice après six mois de chômage, et il n'est pas encore snobé par Unai Emery au PSG, ce club qu'il ne veut pas rejoindre, car il est bien plus ambitieux que cela. Mais Hatem Ben Arfa est déjà l'un des grands espoirs du football français, le plus talentueux de sa génération, et son attitude en fait déjà criser plus d'un. L'aventure marseillaise d'Hatem Ben Arfa résume à elle seule le joueur, entre éclairs de génie et prises de becs.

Les coups de rein


" Vous vous souvenez de ce que vous m'avez dit lors de la signature de mon premier contrat. Que j'étais comme votre fils. C'est comme ça que vous traiteriez votre fils ? " Le moins que l'on puisse dire, c'est que Ben Arfa est motivé à rejoindre l'Olympique de Marseille lorsqu'il balance ces mots à la tronche de Jean-Michel Aulas le 1er juillet 2008, en présence de Pape Diouf et d'une commission juridique de la LFP. De toute son assurance, il vient de mettre fin à un imbroglio qui dure depuis une semaine autour de son transfert, qui avoisine les onze millions d'euros. Mais le forcing a fini par payer. Le président lyonnais a cédé et Ben Arfa est officiellement un joueur de l'OM. Un atout majeur pour Éric Gerets, surtout que l'ancien Lyonnais ne tarde pas à se mettre dans le bain en marquant dès son premier match contre Rennes. Quelques jours plus tard, en Coupe d'Europe, il distille son premier numéro de soliste contre Brann Bergen pour donner une passe décisive à Benoît…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant