Harvey atteint la Lousiane après avoir ravagé le Texas

le
0
 (Actualisé avec précisions) 
    par Emily Flitter et Marianna Parraga 
    LAKE CHARLES, Louisiane/HOUSTON, Texas, 31 août (Reuters) - 
L a tempête tropicale Harvey a frappé mercredi la Louisiane après 
avoir inondé depuis plusieurs jours de pluie ininterrompue une 
partie du Texas voisin, où des dizaines de milliers de personnes 
ont dû être évacuées tandis que les installations pétrolières de 
la région de Houston, coeur de la production d'hydrocarbures aux 
Etats-Unis, restaient en partie paralysées. 
    Harvey se déplace lentement depuis qu'elle s'est abattue 
vendredi soir en tant qu'ouragan sur le littoral texan près de 
Corpus Christi, à quelque 350 km au sud de Houston. Elle a fait 
au moins 25 morts et 17 disparus, contraint plus de 32.000 
personnes à trouver refuge dans des abris et pourrait devenir 
l'une des catastrophes naturelles les plus coûteuses de 
l'histoire des Etats-Unis avec une facture susceptible de 
s'élever à plusieurs dizaines de milliards de dollars. 
    Elle continuait mercredi de déverser une pluie abondante sur 
une zone s'étendant de Port Arthur, au Texas, à Lake Charles, en 
Louisiane. Elle se trouvait à 18h00 GMT à une cinquantaine de 
kilomètres au nord-nord-ouest de Lake Charles, près de la 
frontière entre les deux Etats, accompagnée de bourrasques de 
vent soufflant jusqu'à plus de 60 km/h, a dit le centre 
américain des ouragans (NHC). 
    Elle devrait cependant continuer de faiblir et se 
transformer jeudi matin au plus tard, aux Etats-Unis, en 
dépression tropicale, ce qui n'éliminera pas le risque de fortes 
précipitations et d'inondations sur sa trajectoire, selon le 
NHC. 
    La plus grande raffinerie des Etats-Unis, à Port Arthur, a 
dû être fermée en raison des inondations, ce qui devrait 
alimenter la hausse du prix de l'essence à travers le pays. 
  
    La tempête se déplace vers l'est mais "le pire n'est pas 
encore passé pour le sud-est du Texas en ce qui concerne la 
pluie", a dit le gouverneur de l'Etat, Greg Abbott, en invitant 
les habitants des zones touchées à se préparer à voir les 
inondations perdurer jusqu'à une semaine. 
    La Garde nationale est venue en aide à plus de 8.500 
personnes depuis l'arrivée de l'ouragan, a-t-il ajouté. 
     
    DE L'EAU JUSQU'AUX ÉPAULES 
    C'est désormais au tour de la Louisiane de se mobiliser face 
à la tempête. 
    A Lake Charles, un centre communautaire a été transformé en 
abri de fortune et se prépare à accueillir environ 1.500 
personnes, a dit sa responsable, Angela Jouett. Environ 300 
habitants ayant quitté leur domicile sont déjà arrivés. 
    L'un d'eux, Edward Lewis, 54 ans, raconte qu'il s'est 
retrouvé avec de l'eau jusqu'aux chevilles en sortant de son lit 
en pleine nuit. Il est parti à bord d'un canot de sauvetage qui 
passait devant chez lui, à Lake Charles, avant de passer le 
reste de la nuit dans une église puis d'être emmené en autocar 
vers ce centre communautaire. 
    "Personne ne nous a dit quand nous pourrions rentrer chez 
nous", dit-il. 
    Misty Harrison, 43 ans, et Skylar Lorenz, son fils de 18 
ans, sont arrivés d'Orange, une commune du Texas à la limite de 
la Louisiane. "De l'eau jusque là", dit-elle en montrant son 
épaule. 
    A Houston en revanche, le ciel s'est dégagé mercredi, ce qui 
a apporté un peu de soulagement aux habitants de la quatrième 
ville des Etats-Unis après cinq jours de pluies torrentielles. 
Les gens qui quittent les abris redoutent cependant de constater 
les dégâts infligés par la tempête en rentrant chez eux. 
    Joseph McKenney, vigile au Toyota Center, où a été installé 
un abri, a pu parler à sa femme pour la première fois depuis des 
jours. Elle et leurs enfants vont bien mais leur maison a de 
l'eau jusqu'au toit et il n'y a aucun moyen de s'y rendre. "Je 
veux aller chez moi mais je n'ai pas de chez moi où aller", dit 
cet homme de 37 ans. 
     
    LES AÉROPORTS VONT ROUVRIR PARTIELLEMENT À HOUSTON 
    Les autorités du Texas estimaient mercredi matin que près de 
 50.000 habitations avaient été endommagées par les inondations, 
dont plus d'un millier ont été détruites. Environ 195.000 
personnes ont entamé une procédure pour bénéficier de l'aide 
fédérale, a précisé la FEMA, l'agence fédérale de gestion des 
situations d'urgence. 
    Selon des chiffres communiqués par quatre opérateurs 
élecriques, près de 254.000 foyers et entreprises sont privés de 
courant. 
    Le maire de Houston, Sylvester Turner, a déclaré que les 
aéroports de la ville étaient tous en bon état et 
recommenceraient à fonctionner de manière limitée dans le 
courant de l'après-midi. 
    Le ministre de la Justice du Texas a annoncé que des 
enquêtes avaient été ouvertes à la suite de centaines de 
plaintes faisant état de hausses de prix abusives avec des pains 
vendus 15 dollars, de l'essence à 100 dollars le gallon, soit 
près de quatre litres, ou encore des augmentations de tarifs 
pour les chambres d'hôtel. 
    Donald Trump s'est rendu à Corpus Christi et Austin mardi 
pour évaluer les dégâts occasionnés par le passage de la 
tempête, première catastrophe naturelle d'ampleur de son mandat. 
    Jeudi, c'est son vice-président, Mike Pence, et plusieurs 
membres du gouvernement qui viendront sur place à leur tour. 
    Selon une étude de Moody's Analytics, les estimations des 
dégâts causés par Harvey varient entre 51 et 75 milliards de 
dollars (42,7 et 62,7 milliards d'euros). RMS, un cabinet de 
modélisation des risques, craint que la facture totale des 
pertes économiques provoquées par la tempête atteigne de 70 à 90 
milliards de dollars. 
    Une étude réalisée par Reuters évalue à 23 milliards de 
dollars les dégâts subis par les biens immobiliers. 
    Harvey évoque aux Etats-Unis le souvenir de l'ouragan 
Katrina qui a ravagé la Nouvelle-Orléans il y a 12 ans, tuant 
près de 1.800 personnes et laissant derrière lui près de 108 
milliards de dollars de dégâts. 
 
 (Avec Richard Valdmanis, Mica Rosenberg, Marianna Parraga, Gary 
McWilliams, Ernest Scheyder, Erwin Seba, Ruthy Munoz, Peter 
Henderson et Andy Sullivan à Houston, David Gaffen à New York, 
Jon Herskovitz à Austin et Brendan O'Brien à Milwaukee; Nicolas 
Delame, Jean-Stéphane Brosse et Bertrand Boucey pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant