Haro sur le statut des enseignants qui date de 1950

le
0
Pour l'OCDE, l'idée, évoquée par le gouvernement, d'engager une réforme sur le statut des enseignants français après la présidentielle est intéressante.

«La situation des enseignants français est régie par des décrets qui n'ont pas bougé depuis 1950: 15 heures de cours pour les agrégés et 18 heures pour les titulaires d'un Capes est obsolète», estime Bernard Hugonnier, l'un des experts économiques de l'OCDE. Partout ailleurs, affirme-t-il, les contrats signés entre l'État et les municipalités concernant les enseignants englobent les cours mais aussi des activités pédagogiques, des échanges avec les parents, le soutien scolaire, etc. «En France, les enseignants sont uniquement focalisés sur leur temps de service, c'est à dire leurs heures de cours. Du coup, ils ont l'impression que ce qu'on leur demande en plus devrait être payé en heures supplémentaires. Si on incluait dans leurs contrats toutes ces tâches qu'ils font déjà pour partie, quitte à les payer davantage, leur investissement serait meilleur», estime-t-il. Il faut «négocier avec les syndicats d'enseignants», insiste-t-il, et instituer un «systèm

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant