Haro de l'UFC-Que Choisir contre les dépassements d'honoraires médicaux

le
9
Haro de l'UFC-Que Choisir contre les dépassements d'honoraires médicaux
Haro de l'UFC-Que Choisir contre les dépassements d'honoraires médicaux

Alors que le gouvernement vient d'annoncer la généralisation du tiers payant chez les généralistes pour 2017 et planche sur les moyens d'offir un meilleur accès aux soins aux Français, une nouvelle étude montre que les tarifs des spécialistes ne cessent d'augmenter. Le montant des dépassements d'honoraires pratiqués par les ophtalmologistes, les gynécologues et les pédiatres ont augmenté de 1,7% entre juin 2012 et juin 2013, dénonce l'association de consommateurs UFC-Que Choisir ce mercredi. Elle s'appuie sur les prix relevés sur le site Ameli de l'Assurance maladie.

L' «effarante évolution» décriée par l'association est près de deux fois plus rapide que l'inflation, calculée à +0,9% sur cette période par l'Insee.

>> Retrouvez l'étude d'UFC-Que Choisir dans son intégralité ici

7% d'augmentation chez les pédiatres

C'est chez les pédiatres que le montant des dépassements a le plus augmenté : de 7% en moyenne, contre 1,5% chez les gynécologues et 0,5% chez les ophtalmologistes. Les Français qui consultent des médecins du secteur 2 (ceux qui pratiquent des honoraires libres, contrairement à ceux du secteur 1, dont les tarifs correspondent à ceux fixés par la Sécu) se retrouvent donc avec une facture bien salée, qui atteint 52,10 euros en moyenne, soit plus du double du tarif conventionnel (28 euros). Le plus cher reste le gynécologue, avec une consultation à 55,7 euros en moyenne, pour 49,8 euros chez l'ophtalmo et 46,2 chez le pédiatre.

Pourquoi une telle flambée ? Selon UFC-Que Choisir, les médecins déjà installés en secteur 2, qui représentent 53% des spécialistes, ont fortement tendance à revoir leurs tarifs à la hausse. Ils sont 45% à les avoir augmentés, 36% à les avoir maintenus tels quels et seulement 19% à les avoir baissés. Mais le véritable problème vient des jeunes médecins récemment installés, qui sont beaucoup plus nombreux que leurs aînés à exercer dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • f.peter le jeudi 26 sept 2013 à 09:19

    Ce qui compte avant tout ce sont les revenus annuels déclarés auxquels tous les frais ont été soustraits. Et là je préfère être le spécialiste plutôt que le plombier. En plus le plombier dans ma vie j'en aurai besoin très peu souvent mais le spécialiste plus souvent.

  • faites_c le jeudi 26 sept 2013 à 08:45

    A dlaroche: sauf erreur de ma part, la sécu et l'UFC que chosir n'en n'ont rien à taper des coûts de fonctionnements des médecin spécialistes! Vous me parlez d'amortissement de véhicules et de frais d'essence, alors allons-y!Les frais de secrétariat, le temps administratif à compléter les dossiers (inutiles) de la sécu pour le compte des patients, l'amortissement du matériel des ophtalmos..., on le compte comment et où dans la consultation à 28 €?

  • b.renie le jeudi 26 sept 2013 à 05:17

    Il faut savoir ce que l'on veut. Un personnel médical suffisamment nombreux et de qualité délivrant des soins au top niveau ... on une médecine de fonctionnaires rémunéré au temps et non à la compétence. La santé cela coûte cher et c'est un poste de dépenses non négociables ... alors que dans les budgets familiaux sont des postes !?!?

  • slivo le mercredi 25 sept 2013 à 22:45

    On ne peut pas, c'est sur, s'offrir tout le temps le dernier mobile sorti à 500 euros et payer 25 euros une consultation de médecin... Il y a des priorités dans la vie.

  • groundze le mercredi 25 sept 2013 à 21:47

    de toute façon UFC est dirigé par un staliniste borné moyennement compétent pour tester l'électroménager mais complètement endoctriné lorsqu'il s'agit de juger un phénomène de société là c'est une enquête totalement commandée

  • dlaroche le mercredi 25 sept 2013 à 19:27

    faites_c, faites un calcul du cout pour le plombier pour se déplacer chez vous (essence + temps de deplacement + temps d'intervention + amortissement du véhicule ...) et pour un spécialiste qui pourra prendre 4 patients par heure avec du matériel qu'il remplacera que une ou deux fois dans sa vie professionnelle. et vous verrez que le spécialiste gagne beaucoup plus que le plombier au final.

  • faites_c le mercredi 25 sept 2013 à 18:49

    Qu'un médecin spécialiste (10 ans d'étude supérieure) soit payé à 28 € de l'acte (i.e moins cher qu'un plombier qui a juste son CAP!) me choque énormément. Si cela ne choque pas l'UFC que Choisir de payer 100 € le déplacement d'un plombier contre 28 € pour la consultation d'un médecin spécialiste, je comprends mieux la manière dont sont faites leurs études qui perdent toute légitimité à mes yeux (les études doivent être réalisées de manière à arriver au résultat commandité à l'avance!!!).

  • faites_c le mercredi 25 sept 2013 à 18:44

    Sauf que l'inflation est plus proche de 2% que de 0.9% et que je n'ai pas entendu l'UFC que Choisir critiquer EDF ou la SNCF pour ses augmentations de tarifs qui elles sont largement au-dessus de l'inflation et ce quelque soit le mode de calcul utilisé!Une augmentation de 1.7% des tarifs ne me semble vraiment pas exagéré n'en déplaise aux pseudo défenseurs des consommateurs que serait l'"UFC que Choisir".

  • groundze le mercredi 25 sept 2013 à 18:16

    la sécu vient de publier exactement l'inverse mais le crédit accordé chaque mois par les médias au 84 employés d'UFC Que Choisir pour ses dénonciations et ses enquêtes téléguidées est assez effarante . il ne s'agit pas de dépassements d'honoraires mais de COMPLEMENTS D HONORAIRES autorisés par la sécu en 1981.