Harlem Désir, secrétaire d'Etat : une nomination critiquée de toutes parts

le
10
Harlem Désir, secrétaire d'Etat : une nomination critiquée de toutes parts
Harlem Désir, secrétaire d'Etat : une nomination critiquée de toutes parts

Un an et demi seulement après son arrivée et dix jours après la déroute du Parti socialiste aux élections municipales, Harlem Désir, nommé ce mercredi secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, quitte donc la tête du PS. Son départ, sous forme d'exfiltration, n'est pas surprenant tant son action à la tête du parti majoritaire a été critiquée.

Mais son entrée au gouvernement suscite déjà des remous. L'opposition s'étonne de cette «promotion-sanction» pour celui qui, au sein du PS, a été désigné comme l'un des artisans de l'échec aux municipales. En interne aussi, certains cadres du PS voient dans ces man?uvres un «déni de démocratie», alors que le nom de Jean-Christophe Cambadélis, rival malheureux de Désir en 2012, a été «proposé» pour prendre sa suite (lire encadré ci-dessous).  

>>QUESTION DU JOUR. Gouvernement : comprenez-vous la nomination de Harlem Désir ?

Des critiques à droite

A droite, c'est sans doute Yves Jégo, député UDI de Seine-et-Marne, qui résume le mieux les critiques. «Comment peut-on comprendre que celui qui a notamment perdu les élections municipales pour le PS se voie ainsi clairement recasé au gouvernement» se demande le président par intérim de l'UDI. Selon l'ancien secrétaire d'État chargé de l'Outre-Mer, sous Nicolas Sarkozy, Harlem Désir nommé aux Affaires européennes, c'est «un signe de plus de l'euro-mépris du Parti socialiste» et «un bien mauvais message envoyé par la France à nos partenaires de l'Union». 

«Au moins tout est clair, tout est dit», estime pour sa part le député UMP du Val-d'Oise, Jérôme Chartier. «L'arrivée d'Harlem Désir, chacun l'a compris, c'est une sortie qu'on pense être honorable pour quelqu'un qui a échoué à la tête du Parti socialiste.» 

Luc Chatel, député UMP et ex-ministre de l'Education nationale, s'étonne que François Hollande interfère dans les affaires du Parti socialiste. «J'ai compris qu'il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le jeudi 10 avr 2014 à 10:39

    En juin 2012, Jean-Christophe Cambadélis, en passe de déclarer sa candidature, avait été interpellé sur la règle édictée pendant la campagne présidentielle par François Hollande. Celle-ci voulait qu'il ne s'entoure pas de personnes "jugées et condamnées" (sources : le monde)

  • s.thual le jeudi 10 avr 2014 à 01:45

    pauvre France ,,,y a plus de valeurs !!

  • janaliz le jeudi 10 avr 2014 à 00:19

    Moi je... irréprochable !!! de qui se moque-t-on ?

  • 11246605 le mercredi 9 avr 2014 à 22:46

    il est vrai qu'un fonctionnaire incompétent ne se vire pas. Il est juste déplacé au frais des contribuables.

  • LeRaleur le mercredi 9 avr 2014 à 21:35

    Une anomalie socialo parmi tant d'autres. Celle-ci est de taille.

  • 2445joye le mercredi 9 avr 2014 à 21:20

    Ce nouveau gouvernement, pléthorique comme le précédent, est constitué, comme le précedent, dans le souci de récompenser les services rendus plutôt que par celui d'être efficace.

  • M1903733 le mercredi 9 avr 2014 à 21:15

    Comme quoi on a pas encore tout vu.

  • pichou59 le mercredi 9 avr 2014 à 21:12

    l'homme providentiel **** vidéo ----)))))http://video.lefigaro.fr/figaro/video/sarkozy-desir-appelle-la-droite-a-ne-pas-faire-pression-sur-la-justice/2243840316001/

  • sarestal le mercredi 9 avr 2014 à 21:04

    HONTE !

  • M1531771 le mercredi 9 avr 2014 à 19:46

    Cette nomination est tout simplement scandaleuse mais hélas pas surprenante dans le cadre d'une République irréprochable !