Harlem Désir confirmé à la tête du PS

le
0
HARLEM DÉSIR SUCCÈDE OFFICIELLEMENT À MARTINE AUBRY
HARLEM DÉSIR SUCCÈDE OFFICIELLEMENT À MARTINE AUBRY

PARIS (Reuters) - Les militants socialistes ont confirmé le choix de Harlem Désir pour succéder à Martine Aubry au poste de premier secrétaire du PS lors d'un second tour l'opposant à Emmanuel Maurel, le nouveau champion de l'aile gauche du parti.

Selon un décompte portant sur 97.66 % des suffrages vendredi à 12h35, le premier secrétaire par intérim a obtenu 72,35% des voix, contre 27,65% à son unique adversaire.

Harlem Désir, qui avait buté au premier tour sur la barre des 70% de suffrages, avec 68,44%, améliore son score mais Emmanuel Maurel, qui ne pensait pas dépasser 20%, continue à jouer les trouble-fête en vue du congrès de Toulouse, du 26 au 28 octobre.

"C'est la victoire de l'unité des socialistes", s'est réjoui Harlem Désir à l'issue du vote avant d'avoir une pensée pour les militants.

"Je veillerai à ce que leur voix soit entendue et respectée parce qu'ils sont le moteur du changement", a-t-il dit.

"Je suis fier d'être à la tête d'un parti qui est au travail, qui rassemble la gauche et qui est au service de la France", a-t-il ajouté avant d'assurer le gouvernement de sa "pleine solidarité".

A l'issue du Conseil européen à Bruxelles, François Hollande a salué l'élection de Harlem Désir et jugé son score "tout à fait appréciable".

"La France a besoin d'un grand Parti socialiste qui joue tout son rôle de proposition, de soutien, de débat et je sais que Harlem Désir en a toutes les qualités", a déclaré le président lors d'une conférence de presse.

"Le score lui-même qu'il a fait est tout-à-fait appréciable, il aurait fait davantage que c'eût été suspect et il aurait fait moins que c'eût été inquiétant, il a fait le bon résultat", a-t-il ajouté.

Le niveau de la participation dira, lorsque les chiffres seront validés, si ce scrutin aidera le successeur de la maire de Lille à asseoir sa légitimité.

"Je me réjouis de l'élection d'Harlem Désir à la tête du Parti socialiste", a réagi dans un communiqué Martine Aubry, selon laquelle cette élection illustre l'arrivée d'une "nouvelle génération" à la tête du parti.

"J'avais, avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, soutenu sa candidature. Il revenait aux militants d'en décider. Ils l'ont fait de manière claire en lui apportant une très large majorité de leurs suffrages", ajoute-t-elle en saluant aussi Emmanuel Maurel.

Ce dernier a reconnu sa défaite, félicité son rival et demandé à ce que le parti soit "libre dans ses choix" pour la "réussite du changement".

TENSIONS

Accusé d'avoir été coopté par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault par le biais d'un scrutin de liste, Harlem Désir a voulu voir dans son score mitigé la preuve que le vote n'était pas biaisé.

Il a néanmoins annoncé son intention d'en revenir à l'avenir à un scrutin direct.

"Rien ne doit donner le sentiment d'un verrouillage ou de combinaisons internes", a-t-il dit, reconnaissant ainsi la portée des critiques sur le processus de désignation.

Le scrutin s'est déroulé sur fond de tensions à gauche avec les tentatives de reprise en main de Jean-Marc Ayrault qui ont suivi le dérapage du ministre de l'Education Vincent Peillon sur le cannabis et les crispations entre Matignon et les députés socialistes.

Des élus craignaient que ce climat ne nuise à la participation pour l'élection du premier secrétaire.

Devenu ministre de l'Economie sociale et solidaire, le chef de file historique de la gauche du PS, Benoît Hamon, a renoncé à présenter une motion, ce qui a permis à ses amis de négocier une bonne représentativité dans les futures instances du parti.

Emmanuel Maurel a repris le flambeau avec l'appui notamment de Marie-Noëlle Lienemann et cette nouvelle équipe a fait entendre sa différence lors du vote sur le traité européen où les "nonistes" n'ont pas cédé aux pressions de l'exécutif.

Pour pouvoir peser à l'avenir au sein du parti, mais aussi sur la ligne gouvernementale, le vice-président de la région Ile-de-France s'est efforcé de rassembler plus largement afin de dépasser au second tour un score à deux chiffres.

Il semble avoir ainsi récolté les voix qui se sont portées sur la motion défendue par Stéphane Hessel, intellectuel et ancien résistant auteur du livre à succès "Indignez-vous". Avec 11,9%, Stéphane Hessel a constitué une autre surprise du scrutin.

Emmanuel Maurel, qui découvre l'exposition médiatique, s'est déclaré "lucide" sur le résultat du scrutin, soulignant qu'il entendait surtout "peser" à l'avenir au sein du PS pour faire valoir les vues de l'aile gauche.

Opposé au pacte budgétaire européen, il fustige la "rigueur" découlant de l'objectif d'un déficit de 3% du PIB en 2013, demande le non-cumul des mandats tout de suite et prône la possibilité pour l'"Etat stratège" de recourir à des nationalisations d'entreprises en difficulté.

Gérard Bon et Chine Labbé, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant