Haris Seferovic peut-il sauver la Nati ?

le
0
Haris Seferovic peut-il sauver la Nati ?
Haris Seferovic peut-il sauver la Nati ?

Dans ce premier tour, la Suisse a bien eu du mal à marquer. Seuls Schär, défenseur central, et Admir Mehmedi ont réussi à scorer. Une fois chacun. Un cache-misère qui accentue les ratés de Haris Seferovic, passé expert ès cagade devant le but et risée des commentateurs. Peut-il être le grand buteur qui changera le destin de la Nati ?

" L'attaquant de pointe n'est pas l'unique responsable. Il faut que les joueurs qui viennent de l'arrière soient en mesure de créer le surnombre. " Vladimir Petkovic a essayé de dédouaner Seferovic après le premier match contre l'Albanie, mais face à la France, la sanction est tombée : place à Embolo en pointe de la formation suisse. Le problème de Seferovic, c'est son manque de réussite chronique quand il n'a plus qu'à conclure. C'était le même problème toute la saison avec Francfort, un calvaire passé à deux doigts de la descente. Contre l'Albanie, puis la Roumanie, alors que la Suisse peinait et aurait grandement profité d'un petit but en plus, Seferovic a continué ses vendanges des seize mètres. Aujourd'hui, pas de doute : Haris Seferovic est en crise. Le but se refuse à lui. Après le premier match de la compète, il le dit : " Si c'est devenu chaud [le match], c'est de ma faute. J'ai eu suffisamment d'occasions pour le 2-0 voire le 3-0 (sic). " C'est le moins qu'on puisse dire, et pire encore lors du deuxième match face à la Roumanie.

Youtube

Youtube

Du nouveau Frei…


Pourtant, Seferovic est un joueur plein de promesses. Encore jeune, il est issu d'une génération potentiellement dorée de la Nati : celle qui a été championne du monde U17 en 2009. À l'époque, il marque la compétition de son talent. Cinq buts inscrits, le but de la finale qui donne le titre. Seferovic est alors récupéré par la Fiorentina et trimballé de clubs en clubs, avant d'être revendu à la Real Sociedad. C'est là qu'on le découvre au plus haut niveau. En barrages de la Ligue des Champions, il claque une frappe instantanée face à l'Olympique Lyonnais, imparable. La France hallucine devant ce jeune suisse fougueux et impétueux. On le présente alors comme le nouvel Alex Frei. La suite de sa saison en Espagne est un échec qui le relègue sur le banc. Son statut d'espoir suisse perdure un peu, avec un transfert à Francfort où il doit confirmer, mais devient à terme difficile à défendre. À son arrivée, avec Thomas Schaaf pour le guider, il s'en sort bien avec une activité dans le jeu plaisante et un certain…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com