Hariri confiant sur la livraison d'armes françaises au Liban

le
0

PARIS, 7 octobre (Reuters) - L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri s'est déclaré confiant mardi dans la finalisation prochaine de l'accord franco-saoudien visant à livrer des armes au Liban, pour lequel il s'attend à des développements "dans les jours qui viennent". En décembre dernier, le roi Abdallah d'Arabie Saoudite s'est engagé à octroyer trois milliards de dollars à l'armée libanaise afin que celle-ci puisse se procurer des armes françaises. La finalisation de ce contrat a été abordée lors de la visite à Paris début septembre du ministre de la Défense saoudien, le prince héritier Salman Bin Abdulaziz Al Saoud. "Bien sûr la France va livrer des armes. Je crois que ça va se passer. On verra dans les jours qui viennent", a dit Saad Hariri après une rencontre avec François Hollande à l'Elysée. L'ancien Premier ministre joue un rôle de médiateur dans les négociations dont le but est de renforcer les forces de sécurité libanaises, notoirement sous-équipées pour faire face à la violence entraînée par le conflit en Syrie. Saad Hariri a souligné l'importance de poursuivre la lutte contre l'Etat islamique (Daech), groupe djihadiste très actif en Irak et en Syrie, qui constitue une menace pour son pays. "A mon avis il faut faire beaucoup plus. Daech est en train d'avancer. L'alliance occidentale doit être plus concentrée à détruire tout Daech", a-t-il déclaré en français à la presse. "L'alliance doit frapper fort et attaquer d'une manière systématique, pas seulement stratégique". Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, avec le soutien de pays de la région, ont lancé une campagne de frappes aériennes contre l'Etat islamique. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant