Harinordoquy : « On a besoin d'une ossature forte »

le
0

Imanol Harinordoquy, 31 ans, 70 sélections, était impatient de commencer son dixième match de Coupe du monde, après ceux disputés en 2003 et 2007. Le troisième ligne basque avait un bon pressentiment.

Comment était le climat avant ce premier match du Mondial ?

Imanol Harinordoquy. Il n'aurait pas fallu attendre deux semaines de plus. Les derniers jours étaient longs, il a fallu s'occuper. Jeudi, on a fait dans l'originalité en allant manger des sushis dans un restaurant japonais! Cette balade sans être en jogging m'a fait du bien. J'ai besoin de m'aérer la tête pour être bon sur le terrain. Il me tarde de sentir l'odeur des vestiaires, d'entendre le bruit des crampons dans le couloir, de chanter « la Marseillaise » avec ce beau maillot...

Que dire du Japon ?

Cette équipe progresse, on lui doit le respect. En 2003, les Japonais nous avaient accrochés 50 minutes. Ils ont un bon jeu de lignes et une conquête soignée. On les prend au sérieux. Après, il faut les battre. Si on dit qu'on va perdre contre les Japonais, on peut rentrer à la maison tout de suite.

La dernière fois que vous avez rencontré un adversaire plus faible, c'était en Italie pendant le Tournoi des Six Nations, et vous aviez perdu (22-21)...

Nous, on reste sur les Japonais et personne ne se fiche d'eux. Une semaine avant l'Italie, je le sentais arriver. Là, je ne le sens pas arriver. On ne peut être sûrs de rien, mais je mets un billet sur nous.

Pensez-vous comme Marc Lièvremont qu'il faut impliquer les trente joueurs jusqu'au bout pour gagner la Coupe du monde ?

Je ne le conçois pas comme ça. On peut changer quelques joueurs d'un match sur l'autre, mais on a besoin d'une ossature forte, avec des repères. Forcément, ça va être compliqué, il y aura des déçus. Ce n'est pas évident pour la vie de groupe.

C'est votre troisième Mondial. Sentez-vous la même effervescence que les fois précédentes ?

Je suis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant