Harcèlement sexuel : seize anciennes ministres ne veulent plus se taire

le , mis à jour à 15:31
4
Harcèlement sexuel : seize anciennes ministres ne veulent plus se taire
Harcèlement sexuel : seize anciennes ministres ne veulent plus se taire

Après l'affaire de harcèlement du député écologiste Denis Beaupin, seize femmes anciennes ministres de droite et de gauche dont Valérie Pécresse, Aurélie Filippetti, Rama Yade, Cécile Duflot ou encore Elisabeth Guigou annoncent qu'elles ne se «tairont plus». Dans le JDD, elles se disent déterminées à dénoncer «systématiquement toutes les remarques sexistes, les gestes déplacés, les comportements inappropriés.». Dans la matinée, l'ex-ministre de Jacques Chirac, Roselyne Bachelot, a appuyé cet appel en dénonçant l'omerta qui règne en politique comme dans le monde de l'entreprise.

«Comme toutes les femmes qui ont accédé à des milieux auparavant exclusivement masculins, nous avons eu à subir et à lutter contre le sexisme. Ce n'est pas aux femmes à s'adapter à ces milieux, ce sont les comportements de certains hommes qui doivent changer», affirment-elles.

«Nous nous sommes engagées en politique pour des raisons diverses, nous défendons des idées différentes, mais nous partageons la volonté que le sexisme n’ait pas sa place dans notre société. Ce fléau n’est pas propre à notre univers, loin de là, mais le monde politique a un devoir d’exemplarité», ajoutent-elles. Elles invitent aussi toutes «les victimes de harcèlement sexuel et d'agressions sexuelles à parler et à porter plainte.»

Peu de femmes portent plainte

Et de poursuivre: «Nous demandons à nos partis et à nos groupes politiques de vérifier si de tels actes ont été commis et, si tel a été le cas, d'aider les victimes à faire éclater la vérité.»

Selon les ministres, «aujourd'hui, l'arsenal judiciaire existe mais les lois ne sont pas suffisamment appliquées, déplorent les signataires. Le code du travail protège la salariée mais il n'est pas respecté. Peu de femmes portent plainte et très peu de plaintes débouchent sur des condamnations.»

Au delà, les femmes ministres font plusieurs propositions: «plusieurs pistes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    On va finir comme aux US à refuser de prendre un ascenseur avec une bonne femme sans témoins tant bien même elle à 99 ans. On est dans le délire du féminisme. Car ces bonnes femmes, soyons sérieux sont ravies d'être draguées.......et celles qui ne le sont pas font un problème nerveux. Je ne parle pas de viols évidemment !!!!

  • lolin il y a 10 mois

    le problème, c'est que dés que tu poses la main sur une femme, celle-ci peut se déclarée agressée, faut aussi arrêter les KO...nneries.

  • frk987 il y a 10 mois

    De la vision professionnelles que j'ai eu, je puis affirmer qu'il y a celles qui en demandent pour gravir plus vite les échelons, celles qui envoient au diable le harceleur qui en est pour ses frais, mais des vraies victimes innocentes....excusez moi ,j'en ai pas vu en 42 ans.

  • frk987 il y a 10 mois

    Des fois je me demande si certaines de ces dames n'expriment pas une frustration de n'être pas ou plus harcelées......