Harcèlement sexuel : les femmes politiques disent stop !

le , mis à jour à 07:55
0
Harcèlement sexuel : les femmes politiques disent stop !
Harcèlement sexuel : les femmes politiques disent stop !

Elles ont osé briser l'omerta. Elles, ce sont huit femmes, élues ou cadres du parti écologiste EELV, qui ont décidé de parler. Pour dénoncer des faits choquants, scandaleux, des scènes incroyables : un élu de la République poursuivant une collègue dans son bureau du parti écolo ; plaquant une autre contre le mur d'un couloir lors d'une réunion politique ! Cet élu — qui conteste les faits et se réserve la possibilité d'attaquer en diffamation les présumées victimes —, c'est Denis Baupin, vice-président vert de l'Assemblée. Jusqu'à sa démission de ce poste, lundi, à la demande de son président Claude Bartolone. Baupin est aussi, à la ville, l'époux d'Emmanuelle Cosse, ex- patronne d'EELV, désormais ministre du Logement. Le scandale est énorme.

Certes, on savait depuis l'affaire Strauss-Kahn en 2011 que les hommes politiques croient — ou en tout cas croyaient — pouvoir tout se permettre vis-à-vis des femmes. Tablant justement sur cette omerta, fondée sur le silence des victimes et la complicité passive de l'entourage. Comme si, entre gens du même monde, ou au prétexte de ne pas nuire au parti, il était de l'intérêt de tous de ne rien dire. Quitte à couvrir des agissements gênants, violents et hors la loi. « J'étais au courant que Denis avait un comportement... disons un peu lourdingue avec les femmes ; je n'avais pas idée qu'il allait aussi loin », avoue ainsi benoîtement — ou cyniquement — Yves Contassot, conseiller EELV de Paris !

Transparence et exemplarité sont désormais les mots d'ordre

Mais voilà, les temps changent, et heureusement. Le regard de l'opinion sur les politiques, comme sur les représentants des institutions les plus respectables, est toujours plus exigeant. Transparence, justice et exemplarité sont désormais les mots d'ordre. Du coup, la parole des victimes s'est libérée. On le voit au sein de l'Eglise avec l'affaire Barbarin, ou dans l'école avec les multiples scandales de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant