Harcèlement sexuel : « La plupart des hommes savent quand ils vont trop loin »

le
0
Harcèlement sexuel : « La plupart des hommes savent quand ils vont trop loin »
Harcèlement sexuel : « La plupart des hommes savent quand ils vont trop loin »

Pourquoi les hommes et les femmes ne se comprennent pas toujours en matière de séduction ?

PHILIPPE BRENOT. On n’éduque pas de la même façon les garçons et les filles. Ils sont encore éduqués avec une idée de suprématie. L’homme doit être solide et fort. Certains pensent ainsi que tout leur est dû et ne douteront pas de la légitimité de leur comportement. Il y a cinquante ans, une fille qui regardait un homme était traitée de putain. Cette asymétrie existe toujours. La séduction, traditionnellement, c’est le domaine des hommes. Malheureusement, beaucoup de femmes l’acceptent encore.

 

Les mères, qui, selon les études, ont souvent la charge de l’éducation, sont-elles fautives ?

Je ne veux pas relancer ce truc mais quand même… Le climat éducationnel et maternel valorise les hommes comme plus dominants que les filles. Mais je ne retiens pas ça contre les mères, car dès que ce garçon est adulte, il peut se détacher de cette construction sociale qu’est la domination masculine et prendre ses responsabilités.

 

Où est la limite entre séduction et harcèlement ?

La limite doit être toujours féminine. C’est une femme qui dit à un homme : là, tu vas trop loin. La plupart des hommes savent d’ailleurs très bien lorsqu’ils vont trop loin et font les hypocrites. Il faut toutefois distinguer le harcèlement compulsif qui est un vrai trouble de la personnalité.

 

Existe-t-il davantage de faits de harcèlements aujourd’hui ?

Ils ne diminuent pas, car il manque toujours, en France, une éducation à la sexualité. Je ne parle pas d’éducation au sexe mais à l’égalité des rôles, avec cette idée que l’un ne domine pas l’autre. Si cela existait, on enlèverait une grande partie des conflits hommes-femmes.

 

La parole des femmes s’est-elle libérée ?

Les comportements des femmes ont beaucoup changé en trente ans. Elles savent mieux réagir parce qu’on leur a appris à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant