Harcèlement sexuel : «Il y a vraiment une omerta» dans le monde politique

le
1
Harcèlement sexuel : «Il y a vraiment une omerta» dans le monde politique
Harcèlement sexuel : «Il y a vraiment une omerta» dans le monde politique

Sociologue des carrières politiques, spécialiste de la parité et de la place des femmes dans la sphère du pouvoir, Catherine Achin constate une évolution des mentalités, depuis l'affaire DSK, alors que plusieurs femmes ont dénoncé les agissements du député Denis Baupin. 

C'est la première fois en France que des femmes politiques, ensemble, dénoncent le harcèlement d'un de leurs collègues. Est-ce la fin d'une omerta ?

CATHERINE ACHIN. C'est le mot, il y avait vraiment une omerta. Jusqu'ici, un certain entre soi protégeait les secrets des professionnels de la politique, y compris ces comportements agressifs et sexistes, répréhensibles par la loi, et assez caractéristiques de ce milieu-là. L'affaire DSK a révélé que ces choses existaient et, en même temps, les réactions de la classe politique au moment des faits ont été extrêmement timides. Mais les mentalités changent. Il y a quelques mois, des femmes journalistes ont révélé le comportement répréhensible de certains professionnels de la politique. Aujourd'hui, des élues d'EELV ont une démarche similaire. Il y a une alliance des femmes pour révéler des conduites que personne n'osait dénoncer.

Vous dites que ces pratiques sont assez caractéristiques du milieu politique. Pourquoi ?

Les agressions sexuelles et le harcèlement existent là comme ailleurs. Mais le milieu politique a des spécificités. Ce fut pendant plus d'un siècle un espace réservé, imaginé pour et par des hommes, qui cultive un entre soi masculin, bourgeois, blanc. D'autres milieux professionnels sont aussi très masculins, mais le champ politique a une autre particularité : il est faiblement codifié. Dans le monde politique, les promotions se font sur des critères largement informels, cela crée de l'opacité et protège le secret.

Pourquoi la parole se libère-t-elle maintenant ?

La parité a conduit toute une génération de femmes en masse vers le pouvoir. Plus nombreuses, haut placées, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 10 mois

    Les "puissants" comme les grands mâles se croient tout permis et les F aiment bien les gagnants . ALORS !!!!!!!!