Harcèlement scolaire : le clip qui horripile les enseignants

le
1
La ministre Najat Vallaud-Belkacem a présenté la semaine dernière un clip coproduit par la journaliste Mélissa Theuriau avec le soutien du groupe Walt Disney pour la journée nationale contre le harcèlement à l'école, le 5 novembre.
La ministre Najat Vallaud-Belkacem a présenté la semaine dernière un clip coproduit par la journaliste Mélissa Theuriau avec le soutien du groupe Walt Disney pour la journée nationale contre le harcèlement à l'école, le 5 novembre.

La cause est belle et peu contestable. Mais le clip officiel contre le harcèlement scolaire concocté par le ministère de l'Éducation nationale, lui, ne passe pas. Les syndicats enseignants, dans une unanimité rare, réclament avec force son retrait, considérant qu'il porte atteinte à l'image des professeurs.

La ministre Najat Vallaud-Belkacem l'avait présenté la semaine dernière. Coproduit par la journaliste Mélissa Theuriau avec le soutien du groupe Walt Disney pour la journée nationale contre le harcèlement à l'école du 5 novembre, le clip doit être diffusé sur les chaînes de France Télévisions et Disney, puis au cinéma avant le film d'animation Le Voyage d'Arlo.

Mépris

Dans cette vidéo destinée aux 7-11 ans, un écolier roux est la cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Puis une camarade lui murmure que ça doit s'arrêter, qu'il faut en parler. La maîtresse, elle, est - il faut bien le dire - complètement à côté de la plaque ! Plusieurs syndicats de l'éducation - du Snalc, classé à droite, au SGEN-CFDT, à gauche - ont réclamé son retrait.

Le harcèlement « n'est pas la conséquence d'un dysfonctionnement des classes, d'un désintérêt des enseignants pour leurs élèves », écrit sur son blog Paul Devin, secrétaire général du syndicat d'inspecteurs SNPI-FSU, voyant dans le clip « un acte de mépris pour les enseignants et pour les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le lundi 2 nov 2015 à 18:35

    Et pourtant, c'est bien comme cela que cela se passe. Les parents sont seuls pour intervenir. Les enseignant vous répondent qu'ils ne peuvent rien faire.