Harcèlement scolaire : «Il n'y a pas de réelle volonté d'agir»

le , mis à jour à 09:25
2
Harcèlement scolaire : «Il n'y a pas de réelle volonté d'agir»
Harcèlement scolaire : «Il n'y a pas de réelle volonté d'agir»

Pasionaria malgré elle, Nora Fraisse a vu sa vie basculer, le 13 février 2013 : sa fille Marion, 13 ans, s'est pendue dans sa chambre, en laissant une lettre décrivant son mal-être au collège, et citant le nom de plusieurs élèves. Depuis, elle est partie en croisade contre les ravages de la violence subie par des milliers de jeunes au bahut et sur les réseaux sociaux. Son livre, « Marion, 13 ans pour toujours », s'est vendu à près de 150 000 exemplaires depuis sa sortie l'an dernier. L'adaptation à la télévision, diffusée sur France 3 le 27 septembre, a rassemblé 4,1 millions de téléspectateurs.

 

Le phénomène du harcèlement scolaire, qui donne lieu aujourd'hui à une journée nationale, n'est plus un tabou. Pensez-vous que votre combat porte ses fruits ?

NORA FRAISSE. Oui et non. D'un côté, tout a changé : chacun a pris conscience qu'il fallait agir. J'ai des sollicitations de toutes parts. Ces dix derniers jours, j'ai reçu 42 demandes d'intervention dans des établissements scolaires, une centaine de messages m'attendent encore sur Facebook, et la région Ile-de-France m'a contactée pour diffuser le film dans les lycées. Mais d'un autre côté, la réponse des pouvoirs publics est très décevante. C'est toujours la même histoire : il n'y a pas de vraie volonté nationale d'agir.

 

C'est-à-dire ?

Le numéro Non au harcèlement, par exemple, ne fonctionne pas sept jours sur sept et, bien souvent, quand les familles appellent, il ne se passe rien par la suite. Je reçois beaucoup de témoignages en ce sens, de la part de parents mais aussi de professeurs. On leur demande de ne pas faire remonter les incidents et ils ne sont pas formés à la prévention du harcèlement.

 

Pourtant, il existe un plan de lutte contre le harcèlement et des actions sont mises en place. Pensez-vous que l'Education nationale ment quand elle annonce que le sujet fait partie de ses priorités ?

Oui. Ce qui est entrepris n'est pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a un mois

    Un film pour quoi faire, pour montrer la violence à l'école, mais tout le monde est au courant.

  • frk987 il y a un mois

    Aussi lamentable et triste que soit cette malheureuse affaire qui s'est soldée par un suicide, il ne faut pas oublier que l'école est aussi l'apprentissage de la vraie vie. Les individus harcelés pendant leur scolarité seront les salariés harcelés lors de leur vie professionnelle.