Harcèlement : l'affaire Baupin, une exception française

le
0
Harcèlement : l'affaire Baupin, une exception française
Harcèlement : l'affaire Baupin, une exception française

Et si le harcèlement sexuel en politique, et plus encore l'omerta qui l'entoure, était une déplorable exception française ? L'affaire Baupin, ce député écolo pris dans la tempête des accusations de harcèlement lancées par des femmes de son parti, laisse pantois nos voisins. Certes, les scandales retentissants ne sont pas l'apanage des politiciens de l'Hexagone. En Italie, en Angleterre, aux Etats-Unis et ailleurs, du « bunga bunga » de Berlusconi aux privautés de Bill Clinton et Monica Lewinsky, bien des affaires de sexe ont secoué le monde politique. Mais ce qui paraît propre au nôtre, c'est cette tendance si répandue à abuser de son pouvoir, à tous les échelons.

« Ici, on a toujours l'impression qu'il y a une dimension sensuelle, sexuelle, dans les rapports hommes-femmes au travail, constate Stefan de Vries, correspondant à Paris de RTL-Pays-Bas. Ce n'est pas le cas chez nous, de même que le poids hiérarchique, dans le public comme dans le privé, est quasi inexistant. Résultat, une femme victime d'un comportement lourdingue le dénoncerait aussitôt, sans crainte de représailles sur sa carrière. »

En Allemagne, l'affaire Strauss-Kahn avait sidéré en 2011 : « Comment les agissements sexuels d'un responsable de si haut niveau avaient pu ne pas être démasqués plus tôt ? Et maintenant vous avez le cas Baupin », s'étonne un journaliste berlinois. Comme bon nombre de ses collègues européens, il est avant tout frappé par l'omerta quasi générale. Dans ces deux affaires, beaucoup de gens — politiques mais aussi journalistes — ont admis après coup ne pas avoir été surpris. « En Suède, et au-delà en Scandinavie, cette loi du silence ne tiendrait pas une seconde. Des déviants, il y en a bien sûr comme ailleurs ; mais jamais leurs collègues ne fermeraient les yeux, assure Magnus Falkehed, correspondant du quotidien suédois Expressen. En France, la figure du mâle dominant est encore ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant