«Harcèlement 18» pour les pompiers en souffrance

le
0
L'association a été mise en place vendredi par cinq soldats du feu, suite notamment à l'affaire de viol à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, en mai 2012.

«Il faut libérer la parole des pompiers, souvent étouffée par la hiérarchie.» Renaud Blanc, un volontaire normand victime de «harcèlement moral», et quatre autres soldats du feu - deux professionnels et deux volontaires - ayant subi des brimades ont lancé vendredi l'association «Harcèlement 18».

«C'était devenu une évidence après l'affaire de viol à la BSPP et le constat de nombreuses autres situations inacceptables, en région parisienne et en province», pose Renaud Blanc. L'association, dont le site Internet est accessible depuis vendredi, en attendant la mise en place probable d'une ligne téléphonique, a pour but de recueillir les témoignages des pompiers «victimes de harcèlement moral, de violences physiques ou psychologiques, de traitements dégradants ou d'une gestion de carrière anormale».

Restaurer la dignité de la profession

«Harcèlement 18», avec le concours d'un avocat, Me François Blankeystein, apportera aux pompiers en souffrance des conseils «

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant