Happy Men : et si la parité en entreprise passait par les hommes ?

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

"Bonjour, je m'appelle Arnaud et j'ai trois enfants. Enfin, non, nous sommes une famille recomposée, donc seule la petite dernière est de moi. Mais disons que j'élève les deux aînés comme mes propres enfants. Mon épouse travaille énormément, et j'ai moi-même un poste à haute responsabilité. Aujourd'hui, j'ai quarante-cinq ans et j'aimerais pouvoir profiter davantage de ma vie de famille, et, pourquoi pas, aller chercher de temps en temps les petits à l'école..." Tout autour de la table, un tonnerre d'applaudissements. En face de lui, un trentenaire renchérit : "Soyons honnêtes, nous n'avons pas fait des enfants pour ne jamais les voir !" Non, nous ne sommes pas chez les alcooliques anonymes, mais plutôt chez les Happy Men, au siège de BNP Paribas, place du Marché Saint-Honoré à Paris. En ce mardi 18 mars, entre midi et deux, une vingtaine de cadres venus de toutes les filières du groupe et, pour certains, fraîchement sortis de salles de marché, s'adonnent à un exercice d'un genre nouveau : échanger sur le fragile équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Jeunes mariés, pères de famille nombreuse, divorcés, veufs, parfois déjà grands-pères, ils sont venus partager leurs expériences, leurs doutes et leurs rêves en termes de qualité de vie. Autour d'un plateau repas, les pensées déjà loin du boulot, chacun se met à nu. "Ma femme s'est arrêtée de travailler lorsqu'elle attendait notre premier enfant, raconte Pierre....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant