Happy Birthday, Joe Cole

le
0
Happy Birthday, Joe Cole
Happy Birthday, Joe Cole

Joe Cole souffle ses 34 bougies ce dimanche. Il y a dix ans, le natif de Paddington, dans la banlieue de Londres, était le fer de lance du Chelsea de Roman Abramovitch et le futur taulier de l'équipe d'Angleterre. Aujourd'hui, le milieu de terrain joue à Coventry City, en troisième division anglaise.

On aurait aimé voir ça. Laurent Paganelli souhaitant un joyeux anniversaire à Joe Cole dans la langue de Paul McCartney. La dernière fois que les deux loustics ont été de chaque côté d'un micro en bord de terrain, ce fut n'importe quoi. En grande partie à cause de "Paga" et son niveau d'anglais faisant passer Jacques Chirac et son retour à l'hôtel pour un traducteur de l'ONU.


C'était à l'époque où le milieu de terrain anglais jouait à Lille - saison 2011-2012 - et qu'il avait encore espoir de s'offrir une seconde carrière. Parce que oui, jusqu'à son départ de Chelsea pour Liverpool en 2010, Joe Cole était un joueur de football extraordinaire. Formé à West Ham au sein d'une génération dorée (Ferdinand, Lampard, Carrick), le petit numéro 10 impressionne toute l'Angleterre durant son adolescence. L'histoire raconte qu'il plante sept des huit buts d'une équipe d'Angleterre junior face à son homologue espagnole. Rien que ça. Des légendes urbaines qui vous collent à la peau durant toute une vie. D'autant qu'à l'âge de 16 ans, tout le Royaume-Uni tente de séduire cette pépite dont le style de jeu ressemble étrangement à celui de Paul Gascoigne. Manchester United pose sur la table 10 millions de livres pour l'enrôler à 16 piges, refus des Hammers qui veulent voir leur protégé poursuivre sa formation. Après une FA youth Cup - l'équivalent de la Gambardella - gagnée avec son pote Carrick en 1999, où Coventry prend 9-0 en finale, Joe Cole s'invite en équipe première. L'histoire est en marche. Lors de son passage à West Ham en 2002, Édouard Cissé avouera même n'avoir jamais croisé un joueur aussi technique de sa carrière. Pas mal quand on a ferraillé avec Ronaldinho et Okocha dans la capitale. Ça vous place Joe Cole sur l'échelle du respect. Plutôt en haut. Quatre ans plus tard, le jeune propriétaire de Chelsea Roman Abramovitch semble du même avis que Cissé et se décide à mettre 7 millions sur la table pour signer le milieu de terrain. Sur le banc, le vieux renard Claudio Ranieri estime de son côté que Cole est le joueur parfait pour remplacer Gianfranco Zola. Rien que ça. Le pire, c'est le Mister a raison...

Un septennat royal


Joe Cole va rester sept ans à Chelsea où il va tout connaître : José Mourinho, Petr Čech, Didier…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant