Handicapés : «On a laissé de côté l'accessibilité»

le
2
Handicapés : «On a laissé de côté l'accessibilité»
Handicapés : «On a laissé de côté l'accessibilité»

Les handicapés manifestent aujourd'hui dans toutes la France contre le nouveau délai accordé par le gouvernement pour rendre bâtiments publiques, rues et commerces accessibles à tous. Xavier Gallin, qui décerne chaque année des trophées aux bonnes initiatives pour inclure les handicapés dans la vie quotidienne, interprète le retard pris par la France et donne des solutions d'accessibilité rapides.

La loi accessibilité votée en 2004 devait entrer en vigueur en 2015. C'est loin d'être le cas et Marisol Touraine propose de reporter son application à 2018, voire à 2024 dans certains cas. Comment expliquer un tel retard ?

Xavier Gallin. La volonté politique a manqué pour faire respecter la loi. Et après le Grenelle de l'environnement, les professionnels du bâtiment ont tout misé sur la transition énergétique, laissant de côté l'accessibilité. Plus grave à mon sens : en 2010 et 2011, les professionnels du bâtiment ont voulu faire annuler la loi, ils ont pratiqué un lobby très actif auprès des députés et des sénateurs en ce sens. Alors collectivités, sociétés de transport, petits commerces ne se sont surtout pas mis aux normes en attendant de voir.

Mais est- ce que tout adapter aux personnes handicapées ne coûte pas très cher ?

Non, l'accessibilité ne coûte pas grand-chose si elle est prévue dès la conception. Une rampe en béton, par exemple, ne coupe pas plus cher qu'une volée de marches. Ce qui coûte cher, c'est de casser pour refaire parce qu'on n'a pas respecté la loi depuis dix ans !

Vos trophées récompense les bonnes initiatives en matières d'accessibilité. Existe-t-il des solutions peu coûteuses ?

Absolument. La société M'ydl, par exemple, propose une géniale invention, une sorte de rampe d'accès rétractable similaire à ceux que l'on trouve sur les bus. On peut l'installer à l'entrée d'une boulangerie en deux temps trois mouvements pour 2000 euros. Plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mardi 13 mai 2014 à 11:51

    Oui ... et non, frk987 ... Hors les bâtiments spécialisés (EHPAD ou autres ...) il n'est pas forcément pertinent de multiplier les aménagements de LOCAUX. Il existe une autre voie : équiper les handicapés qui se dépplacent en fauteuil à l'extérieur (une très faible proportion de la population en fauteuil roulant) de fauteuils motorisés capables de monter les escaliers : ça existe ... ;)

  • frk987 le mardi 13 mai 2014 à 11:40

    Je souhaite à tous ces politicards et architectes de devenir handicapés. Ils comprendront peut-être que c'est inadmissible qu'un fauteuil à roulettes ne puissent accéder à 80% des lieux publics et privés. Sans compter les trottoirs qui sont devenus des pistes cyclables ou des pistes de rollers.