Handicapés : Charlotte leur rend la vie plus mobile

le
0
Handicapés : Charlotte leur rend la vie plus mobile
Handicapés : Charlotte leur rend la vie plus mobile

La double, voire la triple peine, alors qu'on se trouve déjà vissée à vie dans un fauteuil roulant, basta ! Il suffit d'avoir lu les posts à l'humour ravageur qui émaillent l'« Itinéraire d'une jeune parisienne en fauteuil roulant », son blog (Wheelcome.net), pour comprendre, avant même de l'avoir rencontrée, que la jeune et jolie Charlotte de Vilmorin n'est pas du genre à se laisser couler.

C'est un coup de colère d'ailleurs, qui lui a fait imaginer, à 25 ans tout juste de créer Wheeliz.com, la première plate-forme de partage locatif de voitures entre personnes à mobilité réduite, trop souvent réduites... à l'immobilité. « Je devais me rendre dans le Sud pour assister à un mariage. Pour un week-end à près de 2 000 km aller-retour, le train c'était faisable. A l'arrivée en revanche, impossible de me déplacer, faute de voiture aménagée. Alors j'ai renoncé, comme je l'avais souvent fait, déclinant 80 % des possibilités de déplacement, y compris professionnels.  »

Dans un pays où l'accessibilité aux transports en commun n'est déjà pas des plus aisées — en région parisienne c'est un euphémisme —, trouver une voiture aménagée, que l'on soit à même de conduire ou qu'on doive l'être, relève également du combat.

Le taxi ? « Il faut réserver quarante-huit heures à l'avance, et les centrales vous signifiant régulièrement qu'il n'y en a pas à proximité, vous vous retrouvez à payer un supplément conséquent », souligne Hugues, un Essonien qui était en panne de solution pour véhiculer sa belle-mère avant de trouver une voiture disponible pour la journée, qu'il est allé chercher dans le XX e et qui lui a coûté 65 €.

La location « ordinaire » ? « Pas franchement abordable », souligne Charlotte, qui égrène ainsi la réalité de ceux qui comme elle ne peuvent se déplacer sans fauteuil : « La plus grosse agence spécialisée ne compte qu'une quarantaine de voitures, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant