Handball: Vincent Griveau, l'oeil expert

le
0
VINCENT GRIVEAU, DÉCRYPTEUR D'IMAGES POUR LES EXPERTS
VINCENT GRIVEAU, DÉCRYPTEUR D'IMAGES POUR LES EXPERTS

par Sophie Greuil

TOULON, Var (Reuters) - Depuis neuf ans, Vincent Griveau compile, manipule, décortique et monte les images du handball mondial pour offrir à l'équipe de France des analyses vidéos essentielles à ses récents succès.

Rien n'échappe à cet ancien joueur de 38 ans que les "Experts" ont surnommé "Besson Luc", metteur en scène de l'ombre des doubles champions olympiques lancés en Espagne à la conquête d'un troisième sacre mondial consécutif.

"Après avoir récolté un maximum d'images de rencontres internationales, je les assemble, les mets en scène afin de faire passer tel ou tel message auprès de nos joueurs", explique Vincent Griveau.

Son objectif n'est pas de les noyer sous un flot d'actions mais "de jouer avec les images pour leur donner un maximum de sens, d'impact, de messages dans un minimum de temps, pour regarder un petit film, plus percutant à l'arrivée".

Claude Onesta, le patron de cette équipe de France, apprécie d'avoir "dans ce domaine un coup d'avance sur les autres pays".

Troisième pièce maîtresse du staff bleu après Onesta et l'entraîneur Sylvain Nouet, Vincent Griveau, ancien ailier droit puisque gaucher, sait disposer d'un outil sans équivalent.

"Bien jouer avec les images est un jeu d'échecs. A l'heure où d'autres commencent seulement à bien maîtriser l'outil, nous sommes déjà dans la haute définition pour impacter avec précision, tactiquement et émotionnellement", dit-il.

TROIS ANNÉES D'IMAGES

Quand certains sont inondés d'images brutes, les Experts reçoivent des séquences ciblées, rythmées, longues de quatre à dix minutes et que Vincent Griveau s'attache à habiller selon le but recherché.

Si elles leurs parviennent parfois sans son, il prend soin de ne "jamais créer un sur-état émotionnel" et de ne "jamais se prendre au sérieux, non plus".

Le plus souvent, elles sont accompagnées de musique "pour impacter au plus près, pour sublimer, pour les booster, éveiller leur vigilance, maintenir une pression ou l'augmenter", détaille celui dont les choix se portent sur U2 ou les bandes originales de film, de "Pirates des Caraïbes" à "Spiderman".

"Mon cheval de bataille demeure la pertinence", reprend Vincent Griveau dont le travail est suivi "de très près" par Didier Dinart, pilier de l'arrière-garde bleue et premier défenseur de ce jeu d'images.

Derrière ces séquences de quelques minutes se cache un travail colossal.

Vincent Griveau, originaire de Saint-Cyr-sur-Loire, en Touraine, et aujourd'hui installé à Toulouse, pour être près d'Onesta, passe, "150% de (s)on temps" à disséquer les images.

Il les archive par pays, par compétition, par joueur, par action, par secteur de jeu, par temps de jeu, par mots-clés et encore par ordre alphabétique.

Cadre technique régional à mi-temps depuis quinze ans, il aime à camper le rôle d'entraîneur adverse.

"En (cherchant) comment jouer et gagner contre les Français, j'anticipe des stratégies me permettant, en amont, de sortir les bonnes images pour notre propre stratégie", explique-t-il.

LE TOMTÉ

Armé de deux ordinateurs portables, de deux à trois années d'images en stock, d'analyses de tendance au kilomètre et d'une connexion directe à un signal TV, Vincent Griveau compose en priorité pour Onesta et Nouet.

Mais si l'ailier Mickaël Guigou lui réclame au débotté les penalties arrêtés par le gardien adverse sur les trois saisons écoulées, il dégaine dans la seconde un de ses vingt disques durs, réalise une copie en un clic et le tireur attitré des Bleus peut immédiatement visualiser un "best-of".

Expert au milieu des "Experts", Vincent Griveau fait ainsi "le grand écart entre joueurs et staff tout en ayant un lien étroit avec chaque groupe".

"Copain mais pas confident avec les joueurs", ce technicien n'est pas seulement "Besson Luc" pour l'équipe de France.

Avec son 1m72, une taille modeste au milieu d'hommes qui le dépassent pour la plupart d'une tête, il est aussi "Le Nain" pour Claude Onesta ou "Le Tomté" pour l'ensemble de la troupe.

"Le Tomté est un troll, un lutin de la forêt", s'amuse Vincent Griveau à qui les joueurs ont offert une réplique de ce personnage imaginaire, "petit bien sûr", mais aussi "magicien".

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant