Handball: victoire impérative pour les Bleus contre la Croatie

le
0
LES HANDBALLEURS FRANÇAIS AU PIED DU MUR CONTRE LA CROATIE
LES HANDBALLEURS FRANÇAIS AU PIED DU MUR CONTRE LA CROATIE

par Mickaël Chouquet

NOVI SAD, Serbie (Reuters) - Les handballeurs français pour espérer parvenir en demi-finale du championnat d'Europe n'ont d'autre choix que de vaincre la Croatie mardi, et prier pour un faux pas de leurs principaux rivaux.

Avant le match couperet face à son meilleur ennemi croate, la France navigue entre deux sentiments: le fol espoir de jouer les demi-finales de l'Euro et l'incroyable fragilité de son jeu.

Entre eux, les joueurs évoquent la "prophétie Omeyer", parce que le gardien français a été le premier à dire qu'il restait une chance, même infime, après le revers contre la Hongrie au troisième match du premier tour.

Si la victoire de dimanche contre la Slovénie (28-26) a remis des sourires sur les visages, la survie de l'équipe de France ne tient qu'à un fil. Une défaite contre la Croatie serait éliminatoire.

"Les lions sont toujours un peu assoupis", rit jaune Claude Onesta en parlant de ses joueurs.

"On a peut-être minimisé la difficulté de gagner", estime de son côté l'ailier Guillaume Joli, irréprochable dans son exercice favori, le penalty.

Avant de calculer, le seul objectif valable consiste à battre la Croatie puis l'Islande mercredi, lors de la dernière journée du tour principal.

Compte tenu de leur riche passé commun, les matches France-Croatie ont une saveur particulière pour les Experts.

"Dans notre situation, c'est peut-être le meilleur adversaire. C'est simple: ils nous châtient pour de bon ou bien c'est l'électrochoc", dit le capitaine Jérôme Fernandez.

"ÇA PEUT DEVENIR BEAU"

Lundi matin, les joueurs ont revu entre eux, sans la présence de l'encadrement, leur première mi-temps contre la Slovénie. "On n'a pas si mal joué mais l'attaque a souffert d'erreurs de placement et de mauvais choix", analyse Luc Abalo.

Pour Claude Onesta, la vérité viendra avant tout de ses joueurs. "Lorsque nous jouons avec autant de doute, on analyse notre propre jeu avant celui de nos adversaires", explique-t-il.

Le coach ne peut s'empêcher d'ajouter: "On bouffe de la misère mais si notre jeu se débloque, ça peut devenir beau."

Battue par l'Espagne (24-22) alors qu'elle menait à la mi-temps, la Croatie a perdu de sa superbe. Un succès permettrait aux Tricolores de les rejoindre au classement du groupe 2 avec quatre points, derrière l'Espagne.

L'icône croate, le demi-centre Ivano Balic, joue peut-être la compétition de trop. Hier, il a souvent porté le ballon et mis son équipe en difficulté. "Balic n'est plus Balic, il fait moins de différences", juge Onesta.

Mais le joueur croate et sa défense étagée restent des atouts majeurs. Pour les contrer, il est impératif que le secteur défensif français retrouve une performance régulière.

"On peut prendre une leçon de handball", a même averti Jérôme Fernandez quelques minutes après le succès de dimanche.

Les Français veulent la victoire à tout prix et tant pis si le spectacle n'est pas au rendez-vous. "Pour l'esthétique, on verra plus tard", fait remarquer Joli, le mal nommé.

Edité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant