Handball: une hiérarchie bousculée au 1er tour de l'Euro

le
0
LE PREMIER TOUR DE L'EURO DE HANDBALL A BOUSCULÉ LA HIÉRARCHIE
LE PREMIER TOUR DE L'EURO DE HANDBALL A BOUSCULÉ LA HIÉRARCHIE

par Mickaël Chouquet

NOVI SAD, Serbie (Reuters) - A l'image de la France, championne d'Europe en titre mais battue à deux reprises en trois matches, le premier tour de l'Euro de handball a bousculé la hiérarchie et redistribué les cartes.

Si aucun favori n'a été éliminé au bout des trois premiers matches, l'accès au dernier carré s'en trouve déjà compliqué pour plusieurs candidats à une médaille.

Dans le groupe 2, celui de l'équipe de France, l'Islande, finaliste des Jeux Olympiques en 2008, débutera également avec zéro point malgré la réussite de Gudjon Valur Sigurdsson, meilleur buteur du premier tour (25 buts).

Si la Croatie (4 points) et l'Espagne (3 points) étaient attendues, la situation favorable de la Hongrie (3 points), sortie invaincue d'un groupe relevé (1 victoire, 2 nuls), a de quoi surprendre.

"Ce n'est plus la Hongrie d'il y a un ou deux ans. Ses progrès sont réels", estime l'entraîneur de l'équipe de France Claude Onesta.

Dans l'autre groupe dont les rencontres seront disputées à Belgrade, c'est le Danemark, brillant finaliste du Mondial en 2011, qui se retrouve dans une situation critique, sans le moindre point.

"LA DENSITÉ PARTICULIÈRE DE CET EURO"

"Si la France et le Danemark sont arrivés en Serbie en pensant jouer la finale l'un contre l'autre, voilà ce qui arrive", décrypte le défenseur français Didier Dinart.

A domicile, la Serbie a commencé par battre deux candidats au podium (22-18 contre la Pologne, 24-22 contre le Danemark). Grâce à la meilleure défense du premier tour (61 buts reçus), elle est idéalement placée pour atteindre le dernier carré.

Née en 2006 de la séparation avec la Fédération du Monténégro, cette équipe n'avait jusque-là aucune référence au niveau international.

Malgré son riche palmarès, l'Allemagne n'avait pas les faveurs du pronostic avec son effectif rajeuni. Avec quatre points également, elle peut néanmoins croire en son destin.

La Pologne (2 points) peut nourrir un espoir de qualification tandis que la surprenante Macédoine (1 point) a déjà réussi son tournoi en sortant du premier tour grâce à son gardien Petre Angelov, le plus efficace du premier tour (48% de parades).

"Beaucoup d'équipes courent après les tournois de qualification olympique, cela explique la densité particulière de cet Euro", remarque Claude Onesta.

Tenante du titre olympique, la France est qualifiée d'office pour le rendez-vous de Londres l'été prochain.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant