Handball: Nikola Karabatic en spectateur

le
0

MONTPELLIER (Reuters) - Son contrôle judiciaire levé et sa liberté de mouvement retrouvée, Nikola Karabatic a assisté jeudi soir en spectateur impuissant au match nul de son équipe de Montpellier face à Dunkerque (26-26).

Le double champion olympique, impliqué dans l'affaire des paris illicites qui secouent le handball français depuis plusieurs semaines, s'est refusé à tout commentaire excepté un "je suis juste là pour voir un match".

Son président Rémi Lévy, qui avait déjà publié un communiqué en fin de matinée, s'est montré un peu plus prolixe.

"Nous sommes dans une relation contractuelle qui impose de travailler avec les gens dans un climat de confiance, comme dans toute entreprise. Notre réflexion et notre décision seront uniquement guidées par la question de savoir s'ils ont parié directement ou indirectement contre leur équipe et par la réponse qui sera apportée. C'est la seule question", a-t-il dit.

"Je suis ravi de savoir que Nikola va bien, je suis avocat, je sais ce qu'est une garde à vue, une instruction, un contrôle judiciaire. S'il prend du plaisir à venir voir un beau match ce soir, c'est tant mieux."

Entraîneur du club et intraitable envers les joueurs mis en cause dans cette affaire depuis ses débuts, Patrice Canayer s'est montré moins indulgent, voir plus cynique envers celui qui était, il n'y a pas si longtemps encore, le héros du handball français.

"Je suis ravi d'apprendre qu'il (Nikola Karabatic) va mieux. J'avais cru comprendre qu'il était en arrêt de travail. S'il était là ce soir c'est que cela ne va pas si mal que ça !", a-t-il dit.

"Il était en arrêt de travail jusqu'au 6 novembre d'après ce qu'on m'a dit au secrétariat (...) C'est un joueur qui était malade depuis longtemps donc, on verra."

Nikola Karabatic et les autres joueurs montpelliérains impliqués dans cette affaire pour laquelle ils sont toujours mis en examen devraient être reçus le 30 octobre d'après le communiqué du club.

Dimitri Moulins avec Chrystel Boulet-Euchin à Paris, édité par Bertrand Boucey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant