Handball - Mondiaux : "On vient, on gagne et on s'en va !"

le
0
La France ajoute un nouveau titre majeur à son palmarès.
La France ajoute un nouveau titre majeur à son palmarès.

Une heure après le match, Jérôme Fernandez est suivi à la trace dans les couloirs de la salle de Lusail, la ville qui a accueilli la finale des championnat du monde de handball. Il ne s'agit pas d'un chaperon pour le contrôle antidopage mais de son fils Kilian, dispensé d'école pour assister à la dernière grande compétition de son capitaine de père : "Je ne sais pas s'il est la relève du hand français. Pour l'heure, j'aimerais seulement qu'il fasse un peu de sport." On peut dire qu'il ne manque pas de bons exemples. Les sifflets du public, qui ont fait un pénible bruit de vuvuzela pendant 60 minutes, ont cessé. Au moment où les tricolores s'épanchent sur le cinquième titre mondial du handball français, c'est la star australienne Kylie Minogue qui se déhanche sur le parquet. Impossible de comparer. Ce n'est rien de dire que l'on n'a jamais autant désiré le don d'ubiquité. Alors on se plait à écouter les recettes des champions. "L'équipe de France, ce sont des mecs qui ont toujours les pieds sur terre et ne se croient jamais au-dessus des autres, analyse Xavier Barachet. C'est notre force." "Nous sommes montés en puissance" (T. Omeyer)"Nous faisons les choses avec détermination et régularité. Et dès qu'une compétition est terminée, on se focalise sur le rendez-vous suivant", ajoute l'espiègle Cédric Sorhaindo, qui mériterait largement une citation dans l'équipe-type du Mondial. Un autre qui a l'assurance d'y figurer, c'est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant