Handball - LNH - P.Bernat-Salles : « Peut-être le meilleur championnat au monde »

le
0
Handball - LNH - P.Bernat-Salles : « Peut-être le meilleur championnat au monde »
Handball - LNH - P.Bernat-Salles : « Peut-être le meilleur championnat au monde »

A l’occasion de la présentation de la saison de la LNH, Philippe Bernat-Salles est revenu sur l’évolution de la Ligue, l’attractivité en croissance constante du championnat et ce qu’il attend de cette nouvelle saison.

Philippe Bernat-Salles, c’est une nouvelle saison qui s’annonce avec bien des nouveautés pour la LNH ? Plein de nouveautés avec, il est vrai, un partenaire-titre, le groupe Lidl, qui est venu prendre le « naming » du championnat. On parlera de « Lidl StarLigue » avec la même formule de championnat, la même Coupe de la Ligue, le même Trophée des Champions. Mais la Lidl StarLigue est venue apporter tout son professionnalisme, son savoir-faire, son état d’esprit au handball professionnel français. Et la ProLigue avec l’accès à la ligue professionnelle de la deuxième division dès cette année, qui sera sous la gestion de la LNH. Pourquoi le championnat de France devient-il plus attractif qu’auparavant ? Je crois que c’est une continuité. Le championnat de première division de handball évolue depuis plusieurs années. Maintenant, on a la chance d’avoir 90% de l’équipe de France qui joue dans notre championnat, on va avoir 14 médaillés olympiques qui jouent dans notre championnat. On aurait aimé avoir 12 en or et 2 en argent, c’est l’inverse. On a des internationaux étrangers de très haut niveau, on a les quatre derniers meilleurs joueurs du monde qui évoluent dans notre championnat : Omeyer, Karabatic, Narcisse et Hansen. Je crois que tout cela fait qu’aujourd’hui, peut-être, on peut annoncer que l’objectif d’il y a trois ans de devenir le meilleur championnat au monde est peut-être une réalité. Ce n’est pas moi qui l’ai dit mais Florent Houzot (directeur de la rédaction de beIN Sports, ndlr). Est-ce qu’on est peut-être le meilleur championnat au monde ? Je ne sais pas mais, en tout cas, on y travaille. Qu’est ce qui permet au championnat d’être attractif ? Je crois que, avant tout, c’est le travail que fournissent les clubs pour que, justement, ils deviennent de plus en plus structurés, que les clubs soient beaucoup mieux équipes en termes sportifs, médical, administratif. Il y a un contrôle de gestion effectué par la Ligue qui fait que tous les clubs sont sains, que ce soit économiquement, financièrement, administrativement, etc. Les clubs travaillent fort sportivement donc ils sont donc un petit peu plus en place au niveau européen. Je rappelle que, cette année, nous allons avoir trois clubs en Ligue des Champions et trois clubs en Coupe EHF. C’est aussi quelque chose d’exceptionnel et de très important. On a volé des places au ranking à l’Allemagne et à l’Espagne, ça fait plusieurs années qu’on le voulait. Tout cela fait qu’aujourd’hui, ça avance. Je suis surtout très heureux pour mes 28 présidents de clubs, car il y a quatorze de ProLigue et quatorze de StarLigue. Ce sont des clubs qui bossent beaucoup, qui ont vraiment envie d’y arriver, qui ont beaucoup galéré depuis douze ans et la création de la Ligue pour avancer. Les cahiers des charges sont venus de plus en plus étoffer les armoires des dirigeants de tous ces clubs avec des contraintes de plus en plus poussées, contraignantes. Ça avance bien et, aujourd’hui, on peut être fiers d’être là où on est.

Bernat-Salles : « Le PSG ne peut pas se permettre de perdre à domicile »

A quoi vous attendez-vous pour cette nouvelle saison ? Certains présidents et entraîneurs prévoient des surprises après les Jeux Olympiques et avec le championnat du monde en milieu de saison, et des joueurs qui seront fatigués... Bien sûr ! On voit que l’équipe du Paris Saint-Germain, qui n’a que des internationaux, a eu les trois-quarts de l’équipe aux Jeux Olympiques et aura les trois-quarts de son équipe au championnat du monde... On s’attend à avoir un championnat encore très disputé. L’année dernière, à cette même période, on disait que le PSG allait tout gagner, etc. Mais le PSG n’a gagné « que » le championnat. Il a certes été au Final Four de la Ligue des Champions à Cologne. Ils finissent troisièmes, sur le podium. Ça aussi, c’est quelque chose de très positif pour la bonne santé du handball professionnel français. Des surprises, il y en aura. Il y a des grands clubs, des clubs qui se sont beaucoup structurés, qui ont beaucoup recruté. Il y a des clubs qui n’affichent pas trop leurs ambitions mais qui en ont plein, beaucoup. Je suis persuadé qu’on aura des surprises. Il y a quand même un championnat à deux vitesses avec les quatre premiers et le reste des clubs... Je crois que toutes disciplines confondues, tous sports confondus, tous pays confondus, il y a toujours un haut de tableau, un bas de tableau et un ventre mou. C’est comme ça, c’est le sport. C’est depuis la nuit des temps et je pense que ça durera encore des centaines d’années ! C’est sûr qu’il y a un panier haut, on avait six places européennes l’année dernière. Il y a six clubs en haut, deux ou trois pour qui ça sera toujours compliqué et deux-trois qui pourront créer la surprise. Mais ça, ça coule de source et vous ne me citerez pas un championnat ou une discipline européenne où ce n’est pas la même chose au quotidien. JE ne suis pas inquiet pour ça. Mais, encore une fois, les clubs du haut tirent les clubs du bas, les clubs du bas tirent les clubs de la ProLigue. Tout cela fait qu’on arrive à avoir le meilleur championnat du monde. Est-ce que c’est la bonne saison pour le PSG en Ligue des Champions ou faut-il encore un peu de temps ? Le niveau européen est un niveau très exigeant, très difficile. Notre championnat est très dense, il y a des gros matchs, des grosses compétitions et c’est là que le PSG peut y laisser des plumes en jouant toutes les semaines des matchs de très haut niveau contre des adversaires directs en championnat. Le PSG ne peut pas se permettre de perdre un ou deux matchs à domicile en se disant : « On s’en fout, il y a la Coupe d’Europe ». Ça pousse derrière. La bonne saison ? Ils ont bien recruté cette année encore, ils ont échoué cette année à Cologne. Je pense, connaissant la majorité des joueurs et les dirigeants du PSG, et notamment Jean-Claude Blanc, je crois qu’ils ne veulent pas en rester là et je suis persuadé qu’ils feront tout pour ramener le trophée. Propos recueillis par N.B. et S.P.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant