Handball: la France tout près de la sortie à l'Euro

le
0
LA FRANCE TOUT PRÈS DE LA SORTIE À L'EURO DE HANDBALL
LA FRANCE TOUT PRÈS DE LA SORTIE À L'EURO DE HANDBALL

par Mickaël Chouquet

NOVI SAD, Serbie (Reuters) - Avec deux défaites en trois matches, la France entamera dimanche le tour principal de l'Euro contre la Slovénie avec zéro point, avec très peu de chances d'atteindre les demi-finales.

Si mathématiquement, la compétition n'est pas terminée pour les Experts, le nouveau revers concédé vendredi face à la Hongrie (26-23) les a laissés groggy.

Car pour atteindre désormais le dernier carré du tournoi, la France devra faire un sans-faute contre la Slovénie, la Croatie et l'Islande mais aussi compter sur les résultats des autres.

Et ce ne sont pas les statistiques qui apporteront du réconfort dans les rangs français puisque dans l'histoire de l'Euro, jamais aucune équipe n'a atteint le dernier carré d'un Championnat d'Europe en partant d'une situation équivalente.

"Ce matin, des joueurs m'ont dit: 'Ce n'est pas fini'. Si machin bat sa grand-mère, si l'autre perd contre son cousin... Je leur ai expliqué que l'on saisirait l'opportunité si elle se présente. Mais aujourd'hui, je ne suis plus concentré sur l'Euro", prévient l'entraîneur des Bleus, Claude Onesta.

"Depuis quatre ans, les anciens ont montré aux jeunes le chemin vers l'or. On doit continuer à leur montrer le chemin dans la difficulté", réclame de son côté le capitaine Jérôme Fernandez.

L'équipe de France a bouclé son premier tour avec le sentiment que l'échec était prévisible. Le manque d'intensité pendant la préparation et les matches amicaux poussifs contre la Norvège avaient d'ailleurs sonné l'alerte.

"Nous avons l'habitude d'être lents en début de compétition mais cette fois, on n'a pas eu le temps d'accélérer. Les trois matches ont été joués sur un rythme un peu endormi", résume l'un des plus anciens du groupe, Didier Dinart.

"SE SERVIR DE CET ACCIDENT"

Plusieurs joueurs, trop loin de leur niveau, doivent maintenant une revanche, Nikola Karabatic en tête, sur son sol natal.

Mais la frustration est d'autant plus grande que les joueurs sont convaincus de ne pas avoir perdu contre plus fort qu'eux vendredi soir.

"L'enjeu de la semaine à venir, c'est que l'équipe reste unie. Il n'y en a pas d'autre. Montrons que l'on peut se renforcer dans la difficulté. Il faut débuter la construction dans l'optique de Londres", estime Claude Onesta.

Le plus titré des entraîneurs français promet d'ailleurs d'être vigilant sur les comportements à l'intérieur du groupe. Il appelle ses joueurs à la plus grande concentration lors des trois prochains matches afin de ne pas écorner la belle image des Experts.

"Aux yeux du public, on sera redevenu humain avec nos doutes, notre fragilité et nos souffrances", relève toutefois Claude Onesta.

Tenante des titres olympique, mondial et européen, tous remportés ces quatre dernières années, les Français n'avaient plus connu autre chose que l'or en compétition internationale depuis l'Euro 2008 en Norvège, conclu sur une médaille de bronze.

"On prend actuellement la mesure du caractère exceptionnel de ce que l'on a réalisé depuis 2008. On peut se dérégler d'un coup malgré un fort potentiel. Avec des joueurs fragiles, on passe vite de la réussite à l'échec", observe Claude Onesta.

"Il faudra surtout se servir de cet accident pour le rendez-vous olympique à Londres", prévient de son côté le gardien Thierry Omeyer, l'un des rares à avoir haussé son niveau de jeu après l'entame ratée contre l'Espagne.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant