Handball: la France rate son entrée dans l'Euro

le
0
LES EXPERTS BATTUS PAR L'ESPAGNE LORS DE LEUR PREMIER MATCH DE L'EURO
LES EXPERTS BATTUS PAR L'ESPAGNE LORS DE LEUR PREMIER MATCH DE L'EURO

par Mickaël Chouquet

NOVI SAD, Serbie (Reuters) - L'équipe de France, championne d'Europe en titre, est tombée de haut lundi avec une défaite contre l'Espagne (26-29) dès son entrée dans l'Euro 2012.

Le revers des Français, tenants du titre, n'hypothèque pas le passage au tour principal mais l'accès aux demi-finales s'en trouve déjà passablement compliqué.

Après le premier but du match marqué par Nikola Karabatic, la France n'a plus jamais mené au score.

Cette défaite confirme les craintes de plusieurs joueurs français qui avaient tiré le signal d'alarme après la dernière victoire peu convaincante en préparation contre la Norvège jeudi dernier (28-24).

"On a mal préparé ce rendez-vous. On s'est rendu compte depuis quelques jours que nous ne sommes pas dans le rythme", a reconnu l'entraîneur français Claude Onesta après la rencontre.

"Je ne sais pas si on avait un joker, en tout cas on n'en a plus", a-t-il ajouté.

Pour l'ailier Luc Abalo, "l'Espagne a très bien joué et mérite sa victoire. Nous n'avons pas fait le nécessaire lorsque nous avons eu l'opportunité de nous rapprocher."

Les parades du gardien espagnol José Javier Hombrados, ont contrarié la remontée française en début de deuxième mi-temps. Il a d'ailleurs été désigné meilleur joueur du match, notamment pour un arrêt crucial à trois minutes de la fin.

La vitesse du repli défensif espagnol a contrecarré les montées de balle rapides de l'équipe de France, l'une de ses forces habituelles.

Claude Onesta, s'est agacé des décisions tatillonnes des arbitres roumains, sifflant à plusieurs reprises des passages en force contre la star française Nikola Karabatic.

La France a compté jusqu'à cinq buts de retard avant de revenir en milieu de deuxième mi-temps, l'entrée du second gardien Daouda Karaboué perturbant enfin les tireurs espagnols.

LA DÉFENSE FRANÇAISE SOUFFRE

Mais à dix minutes de la fin, la France n'a pas su exploiter sa supériorité numérique, tandis que Luc Abalo marquait quatre buts acrobatiques contre plusieurs de ses partenaires de l'Atletico Madrid.

A la pause, l'Espagne avait déjà pris l'avantage (15-13) après avoir creusé un premier écart de quatre buts. La défense française a souffert à l'image de Thierry Omeyer (trois parades sur 18), qui n'a arrêté aucun tir dans les dix premières minutes.

En attaque, seul Jérôme Fernandez a trouvé la faille dans la première moitié (quatre buts). L'excellent match du capitaine (sept buts) n'a pas suffi à entretenir jusqu'au bout l'espoir d'un retour.

Au bout de vingt minutes, un Claude Onesta peu satisfait a changé sa ligne arrière avec l'entrée de Daniel Narcisse comme demi-centre. Le Réunionnais, forfait au Mondial 2011, a été le premier à créer des brèches.

Depuis onze ans que Claude Onesta dirige l'équipe de France, elle n'avait perdu qu'une fois son premier match d'une grande compétition. C'était lors des Jeux Olympiques d'Athènes en 2004. La France s'était finalement classée quatrième du tournoi.

C'est désormais un match crucial contre la Russie qui attend l'équipe de France mercredi. Une défaite pourrait être catastrophique.

édité par Pascal Liétout et Benjamin Massot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant