Handball: la France "ne repartira pas de zéro", dit Onesta

le
0
POUR CLAUDE ONESTA, LES EXPERTS NE REPARTIRONT PAS DE ZÉRO
POUR CLAUDE ONESTA, LES EXPERTS NE REPARTIRONT PAS DE ZÉRO

par Sophie Greuil

BARCELONE (Reuters) - Au lendemain du quart de finale du mondial perdu "sans supplément d'âme", Claude Onesta a jugé que l'équipe de France de handball allait devoir "gérer sa misère" mais "ne repartira pas de zéro" vers les Jeux olympiques de Rio 2016.

Le sélectionneur des "Experts" a remis l'élimination par la Croatie dans la perspective du triomphe olympique de Londres.

"Entre les deux compétitions, nos joueurs ont enchaîné deux saisons sans souffler. Donc, nous n'avons pas eu assez de temps pour revenir à la surface", a-t-il dit.

"Là, il nous a manqué trop de vitesse, d'engagement et de confiance pour espérer jouer les premiers rôles. Nous n'avons pas eu les ressources nécessaires pour se faire violence, pour aller chercher ce supplément d'âme menant au podium".

Après douze saisons de domination et avec un palmarès que Claude Onesta qualifie de "surréaliste", la France a pris l'eau par son bloc défensif qui était jusqu'alors le moteur de son insolente réussite.

"Notre parcours était trop exceptionnel pour qu'il ne s'arrête pas un jour", dit-il, fataliste. "Mais, nous ne repartons pas de zéro. Notre statut va changer pour en reconstruire un autre. Notre histoire ne s'arrête pas, elle continue."

Le sélectionneur, en poste depuis 2001, prévient que "certes, la prochaine équipe de France aura un gros potentiel mais, étant donnée la nouvelle configuration du jeu et du niveau de plus en plus resserré, elle ne dominera plus outrageusement.

"Oui, elle sera moins dominatrice", ajoute-t-il. "Dans les années à venir, l'alternance devrait, donc, prédominer. Et on devra se partager les podiums."

DES ANCIENS DANS LE STAFF

Après deux titres consécutifs de champion du monde et champion olympiques, Claude Onesta dit "ne rien remettre en question" même si, en Espagne, il aurait aimé "voir plus de choses positives".

Il a cependant aussi, noté que "la vitesse d'exécution va, désormais, dominer notre sport" et que "les joueurs devront être capables d'enchaîner un rôle défensif et offensif avec la même qualité".

Certes, la nouvelle génération est pleine de talents comme Samuel Honrubia, meilleur buteur tricolore en Espagne avec 30 buts sur 36 tirs avec un taux de réussite de 83%, Xavier Barachet, William Accambray, ou, encore, Vincent Porte, intérimaire à l'aile qui monte discrètement mais sûrement, voire crânement contre les Croates avec 10 buts sur 12 tirs.

En attendant d'intégrer dans leur staff des "anciens joueurs" comme le souhaiterait Claude Onesta en pensant, sans doute à Guillaume Gille et Didier Dinart, les successeurs des "Experts" doivent emmagasiner de la bouteille pour oser, de la confiance pour assurer, et, des muscles pour rivaliser en parant aux secousses du haut niveau resserré.

D'un haut niveau, qui est, aussi, de plus en plus motivé "pour se payer l'équipe de France qui reste et restera pour longtemps, à l'image du Brésil en football, une référence, une équipe à battre", estime-t-il.

Aux Jeux Méditerranéens de juin, la France enverra, comme de tradition, une équipe A', qui pourrait recéler, sur un rendez-vous sans grand intérêt sportif, quelques pièces et charnières d'avenir comme ce fut le cas dans les cycles précédents.

Les prochains rendez-vous de l'équipe A seront dans un an les championnats d'Europe au Danemark, puis les championnats du monde au Qatar en 2015.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant