Handball: la France commence bien son tour principal à l'Euro

le
0
LA FRANCE BAT LA SLOVÉNIE À L'EURO DE HANDBALL
LA FRANCE BAT LA SLOVÉNIE À L'EURO DE HANDBALL

par Mickaël Chouquet

NOVI SAD, Serbie (Reuters) - Le tour principal de l'Euro en Serbie a bien débuté pour l'équipe de France de handball avec un succès acquis dimanche contre la Slovénie (28-26) au bout d'un match éprouvant pour ses nerfs.

Cette victoire entretient un mince espoir de qualification pour les demi-finales du tournoi tandis qu'une défaite aurait définitivement barré la route du dernier carré.

"On n'est pas encore libéré mais les joueurs ont été courageux et volontaires. On a préparé ce match en étant proches les uns des autres. Pourtant, au début du match, on a redouté un nouveau cauchemar", a expliqué à l'issue de la rencontre l'entraîneur des "Experts", Claude Onesta.

La France n'est pas encore déchue de son titre européen conquis en 2010, malgré un premier tour très en-deçà des attentes (1 victoire, 2 défaites).

Un sans-faute contre la Croatie, mardi, puis contre l'Islande, mercredi, reste nécessaire pour les "Experts" qui doivent aussi croiser les doigts pour que les autres résultats du groupe 2 leur soient favorables.

Sortis du premier tour comme la France avec zéro point, le Danemark, vice-champion du monde en 2011, et l'Islande, finaliste des Jeux Olympiques en 2008, ont montré la voie en battant respectivement la Macédoine et la Hongrie.

"A force de tout gagner et d'être le grand favori, on avait oublié la valeur de la victoire. Ce soir, on l'a retrouvée même si c'est dans la souffrance (...) On va s'améliorer le plus vite possible avant de retrouver la Croatie pour un match qui se jouera à pas grand-chose", a promis Luc Abalo.

A la différence du match précédent contre la Hongrie perdu au mental vendredi (26-23), la France a su garder le contrôle de ses nerfs dans un match serré d'un bout à l'autre.

Ce deuxième succès de la compétition après celui enregistré contre la Russie (28-24) va certainement redonner de la confiance au sein du groupe français et simplifier la vie commune dans les prochaines heures.

KARABATIC ET DINARD ÉNERVENT ONESTA

Au lendemain de la défaite quasi rédhibitoire de vendredi, joueurs et encadrement avaient souligné un risque réel de tensions pendant la semaine à venir.

Visiblement moins en jambes que son adversaire, la France s'est laissée surprendre plusieurs fois par les engagements rapides des Slovènes.

Les Experts ont retrouvé des enchaînements fluides et de la réussite au tir dans les vingt dernières minutes, Xavier Barachet se montrant particulièrement déterminant avec six buts inscrits.

Alors que des voix commencent à s'élever contre le "turn-over" insuffisant de Claude Onesta, celui-ci a donné dimanche plus de temps de jeu à Guillaume Joli et William Accambray, ce dernier commençant même la rencontre.

Rarement sollicités depuis le début de l'Euro, l'ailier gauche Samuel Honrubia (deux buts) et le pivot Grégoire Detrez ont joué quelques minutes.

Nikola Karabatic et Daniel Narcisse se sont relayés au poste de demi-centre mais les passes ratées et les pertes de balle se sont multipliées, provoquant la colère légitime de Claude Onesta à plusieurs reprises.

Fortement bousculée par les gabarits hongrois vendredi, la défense française a été encore une fois traversée trop facilement par les tireurs slovènes. Thierry Omeyer (quinze parades) a dû notamment sauver une balle d'égalisation dans la dernière minute.

Malgré ces faiblesses affichées, Xavier Barachet veut encore croire à la possibilité de décrocher une médaille.

"Chaque adversaire nous attend deux fois plus, on commence à s'y faire. On n'a pas eu les chocottes mais on a mis du coeur. Il reste une chance d'aller en demi-finales si l'on négocie bien les deux prochains rendez-vous. Si la chance nous sourit, on ira jusqu'au bout", a-t-il déclaré.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant