Handball: Karabatic évoque une concurrence de plus en plus rude

le
0
LA CONCURRENCE EST DE PLUS EN PLUS RUDE, DIT NIKOLA KARABATIC
LA CONCURRENCE EST DE PLUS EN PLUS RUDE, DIT NIKOLA KARABATIC

BELGRADE (Reuters) - La France domine le handball mondial mais il est de plus en plus dur de jouer contre des adversaires déterminés à faire tomber les Bleus, a estimé Nikola Karabatic mardi, au lendemain de la défaite des handballeurs français face à l'Espagne (29-26) lors de leur entrée en lice à l'Euro, en Serbie.

Depuis 1995 et un premier titre mondial acquis en Islande, la France fait partie des meilleures nations de ce sport. Fait inédit dans l'histoire du handball masculin, les Bleus sont actuellement détenteurs des titres olympique, mondial et européen.

Mais ce palmarès n'a pas suffi lundi pour venir à bout d'une équipe d'Espagne motivée plus que jamais.

"Nous n'avons plus beaucoup de marge de manoeuvre car il faut qu'on gagne nos deux prochains matches contre la Russie et la Hongrie", a confié à Reuters Nikola Karabatic.

"Nous sommes venus ici avec l'ambition de faire un nouveau triplé. Nous savons que nous sommes suffisamment forts pour rebondir rapidement et décrocher une médaille mais la concurrence devient de plus en plus dure", a ajouté le demi-centre des Bleus.

Né en Serbie d'un père croate et d'une mère serbe, Nikola Karabatic a toujours été un fervent supporter de l'équipe de France, et ce depuis sa plus tendre enfance.

"J'avais trois ans quand on a déménagé vers la France et peu de temps après j'ai vu un match des Bleus à la télévision. Ce jour-là, c'est devenu mon rêve de jouer pour les Bleus", a raconté le joueur de Montpellier.

"Ni la Serbie, ni la Croatie ne m'ont demandé de jouer pour eux et du coup, cela a facilité mon choix. Mais j'aime vraiment ces deux pays, car ce sont ceux de mes ancêtres", a-t-il poursuivi.

"Je suis né ici et j'ai passé beaucoup de temps avec ma famille dans ces deux pays et je suis fier de mes racines de l'ex-Yougoslavie", a ajouté Nikola Karabatic.

Zoran Milosavljevic, Olivier Guillemain pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant