Handball - Euro 2016 : avec Onesta, ça file droit

le
0
Si son adjoint Didier Dinart se charge de la partie tactique, Claude Onesta veille à l'équilibre du groupe France.
Si son adjoint Didier Dinart se charge de la partie tactique, Claude Onesta veille à l'équilibre du groupe France.

Dans la zone mixte qui suit un match de handball, tous les joueurs ou presque s'arrêtent pour livrer une réaction plus ou moins brève. Dimanche, après une victoire très aboutie contre la Serbie (36-26), plusieurs jeunes ont pourtant décliné. L'un a fait semblant de ne voir ni le micro tendu ni entendre la sollicitation polie du journaliste. L'autre s'est arrêté pour dire qu'il ne voulait pas. Nedim Remili et Benoît Kounkoud, puisque c'est d'eux qu'il s'agit, n'ont pas refusé spontanément. Une petite souris souffle que l'on aurait conseillé aux jeunots de faire profil bas. La raison ? Après le premier match, Claude Onesta n'avait pas apprécié que certains posent pour un photographe alors qu'ils tiennent encore un rôle mineur sur le terrain.

"Je les ai repris à part pour leur expliquer que je ne les emmerde pas par plaisir mais par souci de les garder mobilisés, explique Onesta. S'ils s'éparpillent, ils risquent de s'exclure d'eux-mêmes pour la suite. Or ils doivent répondre présent quand ce type de match avec un peu de temps de jeu leur est proposé." Depuis le début de l'Euro, le sélectionneur est plus disert sur les équilibres du groupe que sur ce qui se passe sur le terrain. Pour lui, le danger se situe dans les attitudes des uns et des autres. Ce qu'il a aussi formulé ainsi : "C'est bien de partager la prime de victoire mais quand tu viens de te prendre des marrons dans le nez pendant une heure et que le mec qui va prendre la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant