Handball. Cinq étoiles, cinq aventures hors normes

le
0
Handball. Cinq étoiles, cinq aventures hors normes
Handball. Cinq étoiles, cinq aventures hors normes

Philippe Bana, le Directeur technique national, raconte les cinq titres de champion du monde de la France.

1995 en Islande : le début du mythe

«Au fin fond du monde, on fait revivre l'esprit de dingue de Barcelone où 3 ans plus tôt on avait décroché le bronze aux Jeux olympiques. En Espagne, on avait réussi un coup, là c'est le début du mythe. Il y a de la folie dans ce moment-là, les joueurs se rasent la tête, toute la pression accumulée durant ces années de travail se relâche. Cette finale aboutira au crash de 1996 à Atlanta, l'équipe a réussi, elle se noie dans son image. Elle ne prend pas la médaille olympique tant attendue et explose.»

2001 en France, il y aune vie après les Barjots

«On a reconstruit une équipe en se demandant s'il y avait une vie après les Barjots. Illuminés par ce mondial en France, les joueurs deviennent les Costauds. Il y a de la douleur, mais la France ne peut pas jouer autrement qu'en faisant des miracles. C'est le miracle de Greg Anquetil pour les prolongations en finale, le miracle de Jackson Richardson à la dernière seconde à Albertville. Une énergie porte l'équipe à domicile, la France entière découvre qu'elle a une équipe de handball.»

2009 en Croatie, l'élève dépasse le maître

«La fin d'une histoire où pendant longtemps les Yougoslaves étaient les maîtres et nous les élèves. Chez le maître croate, on vient donner la leçon. L'image forte qui reste de cette finale, c'est le tête contre tête de Nikola Karabatic et Ivano Balic, qui est culturellement très fort (Ndlr : les parents de Karabatic sont serbo-croates). Au bras de fer, la France est la plus forte. Il y avait quelques chose avec la Croatie et toutes ces nationalités. Dans les années 1980, ils nous apprenaient le handball, un jour on va chez eux et on leur montre ce qu'on sait faire. C'est un sentiment qui va au delà de la finale.»

2011 en Suède, le savoir faire des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant