Hamon (PS) veut "Une gauche qui ne n'excuse pas d'être de gauche"

le , mis à jour à 09:22
5
Benoît Hamon lors d'une conférence de presse le 7 novembre 2016 à Paris ( AFP/Archives / PHILIPPE LOPEZ )
Benoît Hamon lors d'une conférence de presse le 7 novembre 2016 à Paris ( AFP/Archives / PHILIPPE LOPEZ )

Pour contrer la "droite qui ne s'excuse pas d'être de droite" de François Fillon, il faut "une gauche qui ne s'excuse pas d'être de gauche", a réclamé lundi Benoît Hamon, candidat à la primaire organisée par le PS.

"Il y a là une droite qui ne s'excuse pas d'être de droite, ce serait bien qu'en mai prochain, nous ayons en face de cette droite là une gauche qui ne s'excuse pas d'être de gauche", a déclaré le député des Yvelines sur RTL.

François Fillon, arrivé largement en tête du premier tour de la primaire de la droite dimanche avec plus de 44% des suffrages, propose "une vraie révolution conservatrice", a estimé M. Hamon.

Evoquant la volonté de M. Fillon d'amender la loi Taubira, de renoncer aux 35 heures et de supprimer plusieurs centaines de milliers de postes de fonctionnaires, M. Hamon a décrit un projet "contraire" à celui qu'il défend.

Il a aussi dit s'inquiéter de la politique étrangère prônée par l'ancien Premier ministre, particulièrement sur la guerre en Syrie. "François Fillon s'est ouvertement réclamé d'un camp, celui de Bachar al-Assad et M. Poutine", a-t-il affirmé.

M. Hamon a décrit un "clivage" droite-gauche "intéressant, car il se fait sur le fond", alors qu'il n'y a, selon, lui souvent que peu de différences entre les propositions d'Emmanuel Macron, Alain Juppé ou même Manuel Valls. "Ce qu'on peut reprocher aujourd'hui au débat politique, c'est de mimer les clivages, de les singer", a-t-il déclaré.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA il y a une semaine

    Nous on ne s'excusera pas pour son score à la Copé dans les semaines à venir...

  • M3040165 il y a une semaine

    Aujourd'hui le petit HAMON est conseiller municipal à Trappes (78) et a mis fin à la suppléance de Jean-Philippe Mallé en reprenant son mandat parlementaire fin septembre 2014, son épouse est cadre de direction chez LVMH. Ce petit couple d'extrème gauche n'a que 25 000 euros par mois pour vivre, cela permet de mieux comprendre son positionnement.

  • vmcfb il y a une semaine

    Un grand nettoyage va être fait, pour nous permettre de respirer..

  • raich2 il y a une semaine

    La double négation de l'AFP. " NE N'EXCUSE PAS "Les excuse sont demandées mais ne s'octroient pas

  • janaliz il y a une semaine

    Et on ne s'excusera pas non plus dans 5 mois pour mettre dehors tous ces suceurs d'impôts !