Hamon et Mélenchon commencent à discuter "sur le fond"

le
42
HAMON ET MÉLENCHON COMMENCENT À DISCUTER "SUR LE FOND"
HAMON ET MÉLENCHON COMMENCENT À DISCUTER "SUR LE FOND"

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont entamé des discussions sur un éventuel rassemblement de la gauche dans la perspective de l'élection présidentielle, a annoncé vendredi le candidat issu de le primaire du Parti socialiste.

S'il reconnaît que le dialogue ne sera "pas facile", l'ancien ministre de l'Education voit des ponts avec le candidat de La France insoumise sur la question des institutions ou celle du travail mais de profondes divergences sur l'Europe.

"Nous discutons et nous continuerons à discuter", a déclaré Benoît Hamon sur franceinfo. "Nous nous sommes parlé et nous allons encore nous parler aujourd'hui."

La veille sur BFM TV, le candidat écologiste à l'élection présidentielle, Yannick Jadot, avait lui aussi reconnu avoir entamé des discussions avec Jean-Luc Mélenchon.

A près de 90%, les écologistes ont voté cette semaine en faveur d'un dialogue de leur camp avec Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon en vue des scrutins présidentiel et législatifs.

Benoît Hamon appelle pour sa part de ses voeux une "discussion de fond", alors que la multiplication des candidatures à gauche favorise une accession de la candidate du Front national, Marine Le Pen, au second tour de la présidentielle.

"Ce que nous devons discuter, ce sont les conditions dans lesquelles ce rassemblement est possible et qui est au bout du compte entre Yannick Jadot, entre Jean Luc Mélenchon, moi-même, le mieux à même de représenter la gauche demain au second tour de l'élection présidentielle sur un projet qui pourrait être commun", a expliqué Benoît Hamon.

Il s'est gardé d'envisager clairement un éventuel retrait de sa part de la course à l'Elysée, ce que n'a jamais fait non plus Jean-Luc Mélenchon.

Selon un sondage Odoxa pour franceinfo publié vendredi, les Français interrogés veulent à 63% que le candidat issu de la primaire socialiste et celui de La France insoumise "se présentent l'un et l'autre car il n'y a aucune raison que l'un se désiste au profit de l'autre".

Chez les sympathisants de gauche, les choses sont plus tranchées, les sondés émettant à 44% le souhait que Jean-Luc Mélenchon se désiste en faveur de Benoît Hamon, contre 16% dans le sens contraire.

Le candidat socialiste et celui de La France insoumise sont quatrième et cinquième dans les intentions de vote au premier tour, mais premier ou deuxième si l'on additionne leurs scores.

"Ce ne sera pas facile, il le sait comme moi", a dit Benoît Hamon à propos des discussions avec Jean-Luc Mélenchon.

Au chapitre des sujets de rapprochement, il a cité "l'aspiration à une VIe République, la volonté d'engager la conversion écologique de notre économie" ou encore "la volonté de partager le travail pour créer des emplois".

"Ce qui nous sépare sans doute, c'est la conception de la construction européenne", a-t-il ajouté.

Alors que Jean-Luc Mélenchon annonce dans son programme qu'il faudra dès sa victoire à l'élection présidentielle cesser de respecter les traités européens, l'ancien ministre de l'Education plaide quant à lui pour une relance de la construction européenne sur de nouvelles bases.

(Elizabeth Pineau et Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 4 mois

    Votez donc FF, ça règle le problème de l'alliance de ces deux hallucinés qui coûteront au pays 1 million de fois plus que 900.000 euros !!!!!

  • dan197 il y a 4 mois

    Leur art primaire n'est que taper sur des casseroles ?

  • sibile il y a 4 mois

    on croyait que le communiste était mort dans ce pays, et bien non finalement ....

  • abertoni il y a 4 mois

    Ils sont déconnectés de la vie des français . Même les sans dents n'attendent plus rien de ces socialos

  • remimar3 il y a 4 mois

    Ça me rappelle l'union de la gauche qui s'est faite élire en 1981 sur des promesses. Ils devaient changer la vie disaient-ils et ils nous l'ont pourrie pendant 14 ans tout en laissant filer la dette. Au début ce fût le rêve et 2 ans après, la rigueur. Les délires de campagne se terminent toujours par une gu_eule de bois pour les électeurs mais jamais pour les élus qui une fois en poste s'y accrochent obstinément.

  • sibile il y a 4 mois

    et pour trouver les 400 milliards du revenu universel, on fait comment ?

  • 2mains il y a 4 mois

    ce qu'ils sont capables de faire pour avoir le pouvoir est assez déroutant! heureusement pour le peuple Français que ces 2 personnes n'auront pas le pouvoir car ce serait une lutte infernale entre eux et cela bien sûr au détriment de la France et des Français

  • M1876177 il y a 4 mois

    s ils se mettent ensembles pouerquoi pas mais dans ce cas il faut un "ticket" comme aux usa par exemple president hamon et 1er ministre Mélenchon ou en tout cas être sur que les ministres et députés hamon et mélenchons soient largement supérieurs au députés hollande Valls pour respecter le faite c est le courant de gauche réelle qui a gagné la primaire face au courant socio libéral de Valls

  • mlaure13 il y a 4 mois

    ericlyon...ni ensemble...ni séparément...;-)

  • dgui2 il y a 4 mois

    geocor, si les trois rigolos dépensiers vivent toujours, c'est que, malheureusement, les Français sont comme ça ! Les Français se croient GENEREUX et SOLIDAIRES, en réalité, ils sont plutôt ASSISTES (et "jalouseurs"). Et cela, ce n'est pas la faute de la Chine, ni de l'Allemagne ni du Brexit ni de TRUMP...