Hamon à l'épreuve du terrain

le
0
Hamon à l'épreuve du terrain
Hamon à l'épreuve du terrain

Une petite troupe grelotte devant les locaux du PS à Bayonne. Benoît Hamon y échange à huis clos avec des militants de la paix au Pays basque. Les commerçants, eux, remballent leurs étals sans l'avoir aperçu. Son vol a été dérouté vers Pau à cause d'un épais brouillard. Le candidat à la primaire de la gauche n'a pu arriver à temps pour déambuler comme prévu sur le marché.

 

Encarté au PS depuis peu, Didier Damestoy brave le froid et l'attente. Il n'exclut pas de voter Hamon. Mais cet économiste de 43 ans attend des réponses sur « l'endettement de l'Etat » et le revenu universel, sa mesure phare dont le financement n'est toujours pas détaillé. Mais il lui donne déjà un bon point : « Il est certainement celui qui a le programme le plus clair, le plus cohérent. Il a un fil conducteur évident, et les électeurs le voient bien. C'est un peu le pendant de gauche de François Fillon », relève Didier. Cette constance est l'une des meilleures armes de Hamon, qui n'hésite pas à s'en servir. Son conseil à Manuel Valls, pour sa participation ce soir à « l'Emission politique » de France 2 ? « Il vaut mieux la faire en étant confiant dans ce qu'on a à proposer, plutôt qu'en essayant de faire une campagne en fonction de parts de marché électorales. »

 

« Benoît ne développe pas assez la question du travail et oublie un peu l'Europe », juge toutefois Juliette Brocard, élue locale PS. Elle a choisi Arnaud Montebourg. Mais elle votera Hamon sans hésiter, si c'est finalement lui qui est qualifié au second tour. Pour cette électrice communiste venue en voisine, ce sera lui dès le premier tour. Place des Gascons, elle se rue sur le candidat pour lui glisser ce mot doux : elle le voit comme « le plus à même de réaliser l'union de la gauche ».

 

Au lycée maritime de Ciboure, l'accueil est plus... flegmatique. Thierry, 39 ans, marin en formation pour devenir capitaine, n'est guère bouleversé par la visite. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant