Hambourg, le Dino raplapla

le
0
Hambourg, le Dino raplapla
Hambourg, le Dino raplapla

Présent chaque saison depuis la création de la Bundesliga en 1963, Hambourg flirte avec la relégation depuis déjà pas mal de temps et pointe actuellement à la dernière place du championnat, toujours à la recherche d'une première victoire. Le récent changement d'entraîneur, les coûteux transferts et le soutien massif de plus de 50 000 spectateurs de moyenne au Volksparkstadion n'y font rien pour l'instant : " Der Dino " s'enfonce, irrémédiablement...

Ce qui apparaissait comme une anomalie il y a quelques saisons passe désormais pour une habitude : Hambourg joue le maintien. Hambourg pourrait même bien cette fois ne pas réussir à se sauver et quitter la Bundesliga, ce qui serait une première depuis la création de ce championnat en 1963. Le Dino a déjà bien failli disparaître des radars de l'élite du foot allemand par trois fois ces cinq dernières saisons, avec une quinzième place finale en 2012 (faisant suite à une décennie d'affilée dans le top 10) et surtout deux barrages de relégation disputés – et gagnés – en 2014 (face à Greuther Fürth) et 2015 (Karlsruhe). La saison passée pourtant, un retour au calme semblait amorcé. Bruno Labbadia avait fait son retour sur le banc, d'abord pour réussir la difficile opération maintien au printemps 2015, puis pour refaire tourner la machine et obtenir une dixième place honnête au printemps dernier. Mais depuis, encore une fois, tout est allé de travers.

Cherche directeur sportif désespérément


En mai, il y a d'abord eu le renvoi du directeur sportif Peter Knäbel, qui n'a pas été remplacé. C'est le DG Dietmar Beiersdorfer qui a endossé la fonction, tout en restant directeur général. Du provisoire qui commence à durer, car le club ne parvient toujours pas à dénicher le bon profil pour occuper ce poste clé. Les noms de Christian Höchstatter, Nico-Jan Hoogma et Horst Heldt, respectivement directeur sportif de Bochum, d'Heracles et anciennement de Schalke 04, sont apparus dans la presse, sans que jamais les approches – ou supposés telles – ne se concrétisent. En attendant, c'est donc Beiersdorfer qui occupe la double casquette et essuie le feu des critiques de celui qui se retrouve un peu trop isolé en première ligne. Ancien joueur du HSV (et buteur lors de la finale de la Coupe d'Allemagne remportée en 1987, le dernier trophée remporté à ce jour par le club), ce cher

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant